Vendredi 22 septembre 2017 - Natchez Trace Parkway, Tupelo

Depuis le temps, le décalage horaire n'est plus qu'un lointain souvenir, heureusement !

Après un classique, mais très goûteux, petit déjeuner buffet, nous reprenons la voiture et traversons le centre historique de Natchez. C'est une ville du Sud, que l'on reconnaît bien à ses maisons de style colonial, à portique et colonnes en façade.

Nous avons deux visites au programme aujourd'hui :

Le trajet d'environ 440 km peut sembler beaucoup, mais la Natchez Trace Parkway et ses multiples points d'arrêt en constituent l'essentiel. En effet, nous prendrons cette route juste à la sortie de Natchez, pour ne la quitter qu'à l'entrée de Tupelo. En quelque sorte, le voyage devient la destination.

Natchez Trace Parkway
Natchez Trace Parkway

Qu'est-ce que la Natchez Trace ?

C'est une très ancienne route commerciale, utilisée depuis des siècles par les tribus Amérindiennes locales, notamment les Choctaw et les Chickasaw, pour leurs échanges. Elle est une version à peine remaniée d'anciens itinéraires de migrations des bisons, suivant un ensemble de failles géologiques. Elle s'étend de Nashville, Tennessee à Natchez, Mississippi, en passant par Tupelo et Jackson, la capitale du Mississippi. A l'origine simple chemin forestier, la Natchez Trace a longtemps été en très mauvais état, et fréquentée par de nombreux voleurs à pied, les footpads, ou à cheval, les highwaymen. Autant dire qu'une simple tournée commerciale sur cette route tenait plus de l'expédition que du voyage d'agrément.

Lorsque les premiers blancs se sont établis dans la région, avant même l'achat de la Louisiane, ils ont été fortement encouragés par le président Jefferson à commercer avec ce qu'on appelait à l'époque le Sud-Ouest, soit en gros la région actuelle du Mississippi. Mais pour commercer, encore faut-il des routes ! La Natchez Trace a donc été progressivement améliorée à partir du début du 19ème siècle. On y a notamment construit des auberges et, comme partout dans ce pays très religieux, des églises, de diverses dénominations protestantes.

La Natchez Trace doit sa prospérité au fait que le courant du Mississippi et de ses affluents, Tennessee, Ohio et Cumberland, entre autres, était beaucoup trop puissant pour qu'un simple canot à rames ou à voiles puisse remonter ces rivières. Les échanges commerciaux consistaient donc à charger un bateau de tout ce qu'on avait à vendre, descendre la rivière jusqu'à Natchez, vendre les marchandises et le bateau, puis rentrer à pied par la Natchez Trace, en essayant de ne pas se faire détrousser pendant le voyage, qui durait généralement 2 à 3 semaines. Ensuite, il n'y avait plus qu'à recommencer.

Bien entendu, lorsque le développement de la marine à vapeur dans les années 1840 a permis de construire des navires suffisamment puissants pour naviguer dans les deux sens sur ces rivières, la Natchez Trace a rapidement perdu de son intérêt économique, et est tombée dans une relative désuétude. Sa prospérité a donc duré moins de 40 ans.

La Natchez Trace Parkway est une route à deux voies réservée aux touristes, qui suit à peu près l'ancienne Natchez Trace, de Natchez à Nashville. Elle est gérée selon les mêmes modalités qu'un parc national, protégée, entretenue, sans exploitation commerciale, avec des visitor centers, des rangers pour répondre aux questions et pas mal de documentation écrite ou électronique.

Nous prenons la Natchez Trace Parkway à son entrée sud, juste à la sortie de Natchez.

Elizabeth Female Academy
Elizabeth Female Academy

Notre premier arrêt est à ce qu'il reste de la Elizabeth Female Academy, à Washington (ça ne s'invente pas). Ce lycée pour jeunes filles géré par des Méthodistes a été la toute première institution pédagogique pour filles de l'Etat, dès 1819, alors que le Mississippi n'avait rejoint l'Union qu'en décembre 1817. On y apprenait chimie, biologie, botanique et latin, mais aussi morale et philosophie. L'école tient son nom de madame Elizabeth Roach, qui a fait don du terrain sur lequel elle a été construite. Le célèbre naturaliste Jean-Jacques Audubon y a enseigné le dessin en mai-juin 1822.

Lorsque la capitale du Mississippi a été transférée de Natchez à Jackson, bien plus centrale, en 1822, la ville de Natchez a beaucoup perdu en attractivité, et la population s'est petit à petit déplacée vers Jackson. Le succès et la réputation de l'école en ont pâti, et l'établissement a fermé définitivement en 1845.

Le mur de la photo est tout ce qu'il reste de l'école, suite à un incendie ayant complètement ravagé le bâtiment à la fin des années 1870.

La dure loi de la nature ...
La dure loi de la nature ...

En quittant la Elizabeth Female Academy, nous voyons cette scène de ce qu'il faut bien appeler la lutte pour la vie. Entre la guêpe et la chenille, j'ignore qui est le prédateur de l'autre. Je sais juste que ces deux bestioles ne semblaient pas d'accord du tout, et étaient manifestement prêtes à en découdre. Nous ne sommes pas restés assez longtemps pour connaître l'issue du combat.

C'est la dure loi de la Nature.

L'ancienne piste Natchez
L'ancienne piste Natchez

La piste Natchez, telle qu'on peut la voir à plusieurs endroits, c'est ça, un simple chemin tracé au milieu de la forêt. Pas étonnant que les voyageurs imprudents s'y soient fait détrousser plus souvent qu'à leur tour. Ce n'est ni large, ni pratique, ni rassurant.

Intérieur de l'auberge
Intérieur de l'auberge

Notre arrêt suivant est à Mount Locust, une ancienne auberge restaurée et transformée en musée. L'intérieur de l'auberge montre comment les voyageurs étaient accueillis. Nous sommes ici dans la salle commune, où l'on servait les repas sur une grande table d'hôte.

Nous visitons aussi les chambres, les réserves et l'ensemble des pièces. L'espace consacré à l'hygiène est inexistant. Nous n'avons pas vu de douches.

Il s'agit ici d'une auberge destinée à des commerçants, à des voyageurs disposant d'un peu d'argent, prêts à payer leur hébergement et leurs repas. Il faut bien imaginer que les plus pauvres dormaient à la belle étoile et se nourrissaient comme ils pouvaient. En outre, l'auberge représentait un endroit à peu près sûr.

Mount Locust, l'auberge
Mount Locust, l'auberge

Cette auberge est construite en haut d'une petite colline, un peu à l'écart de la route. On la voit d'assez loin, elle est protégée des inondations, et plus facile à défendre contre d'éventuelles attaques, qu'il s'agisse d'animaux ou de malfrats. L'endroit, ombragé, est agréable.

Mount Locust est la dernière auberge encore debout sur toute la Natchez Trace.

L'ancienne piste Natchez
L'ancienne piste Natchez

Autour de l'auberge se trouve un sentier, qui passe par une section de l'ancienne piste Natchez. Vous imaginez les voyageurs et leurs cargaisons sur un sentier aussi étroit ? C'est pourtant comme ça que se faisaient les échanges commerciaux dans les premières décennies du 19ème siècle.

Ce sentier est une agréable promenade.

Rocky Springs Methodist Church
Rocky Springs Methodist Church

Comme pour toute route commerciale qui se respecte, nombre de communautés se sont construites le long de la piste Natchez. Rocky Springs était l'un de ces villages, sur une colline toute proche de la piste, et constituait une halte appréciée des voyageurs. Dans la région, on cultivait le coton. En 1837, une église méthodiste a été construite, tant pour les locaux que pour les voyageurs.

Mais, entre la Guerre Civile (nous sommes tout près de Port Gibson, un point stratégique sur le Mississippi), les épidémies de fièvre jaune à répétition, la destruction des champs de coton par les charançons et la tarissement de la source d'eau locale en 1930, Rocky Springs a petit à petit périclité puis disparu. De l'ancien village ne reste plus aujourd'hui que l'église méthodiste de la photo, toujours en service.

A l'intérieur de l'église
A l'intérieur de l'église

L'église est ouverte. Nous entrons et prenons quelques photos.

Il n'y a plus de messes régulières depuis 2010 à Rocky Springs. Malgré tout, ce bâtiment doit être entretenu, car il est en excellent état, à l'intérieur comme à l'extérieur.

Rocky Springs Trail
Rocky Springs Trail

Il ne reste que très peu de traces de l'ancien village de Rocky Springs. Voici la grille d'une citerne qui recueillait les eaux de pluie. Un peu plus loin, nous voyons un très vieux coffre-fort tout rouillé, qui est tout ce qu'il reste du bureau de poste.

L'emplacement du village a été totalement recouvert par la végétation. Rocky Springs Trail est aujourd'hui une agréable promenade forestière.

Ross Barnett Reservoir
Ross Barnett Reservoir

Juste après avoir contourné Jackson, la capitale du Mississippi, nous nous arrêtons au bord du Ross Barnett Reservoir, un lac de barrage utilisé comme réserve d'eau et, surtout, base de loisirs. Ce lac n'a rien à voir avec l'histoire de la Natchez Trace, mais il nous procure une pause pique-nique bienvenue.

Un peu plus tôt, nous avons essuyé, le terme n'est pas trop fort, un orage de grêle aussi court que soudain. La température baisse d'un coup d'une bonne dizaine de degrés, le ciel devient noir comme s'il faisait nuit ... et 5 minutes après, tout est terminé, comme s'il ne s'était rien passé.

Nous quittons la Natchez Trace Parkway à l'entrée de Tupelo. Nous avons rendez-vous avec une célébrité.

Naissance d'une légende
Naissance d'une légende

Nous traversons le centre de Tupelo sans nous y arrêter. Nous arrivons là où est né Elvis Presley. Nous avons un peu traîné en route et le musée est fermé. Le reste du parc reste ouvert, et nous allons flâner un bon moment au milieu de l'enfance du King.

Mais qui est ce gamin ?
Mais qui est ce gamin ?

Nous commençons par une promenade sous les arbres le long d'Elvis Presley Drive (il fallait s'y attendre). Cette statue, c'est bien lui, le King, à 13 ans. C'est logique de la trouver ici : à cet âge-là, le jeune Elvis habitait Tupelo pour encore quelques mois. La famille a déménagé à Memphis en novembre 1948.

Plusieurs panneaux rappellent les contributions musicales du King : Elvis, Elvis et le blues, Elvis et la country, etc.

Pour l'anecdote, c'est sa maman qui lui a offert sa première guitare pour ses 11 ans. Le gamin espérait un autre genre de cadeau, par exemple un fusil, ou un vélo. Sa maman a trouvé moins dangereux de lui offrir une guitare. Il n'y avait plus qu'à prendre quelques cours.

L'église de son enfance
L'église de son enfance

Voici l'église où, si l'on en croit la légende, Elvis a appris à chanter. Ce qui est sûr, c'est que, située presque en face de la maison familiale, c'est là que sa maman allait prier. Le très jeune Elvis, parait-il, se joignait aux choeurs gospel dès son plus jeune âge alors que, de son propre aveu, il était bien trop timide pour chanter seul. Par la suite, les choses ont évidemment changé un tout petit peu. Plus tard, Elvis répètera à qui voulait l'entendre qu'il connaissait par coeur à peu près toutes les chansons religieuses qui avaient été écrites. Vu le temps qu'il a passé à chanter à l'église avec sa maman, croyons-le sur parole.

A l'origine, l'église se trouvait de l'autre côté de la rue. Elle a été déplacée dans le parc lors de sa construction.

Maison natale d'Elvis
Maison natale d'Elvis

La vie n'était pas simple pour la famille Presley. Vernon, le papa, enchaînait les petits boulots, et Gladys, la maman, ne travaillait pas. Pour construire cette petite maison toute simple de deux pièces, Vernon avait dû emprunter 180 dollars, une somme non négligeable dans les années 30 de la Grande Dépression. C'est dans cette maison qu'Elvis Aaron est né le matin du 8 janvier 1935, quelques minutes après son jumeau Jessie Garon, qui n'a pas vécu. Cette disparition de son frère explique sans doute qu'Elvis, devenu fils unique, ait développé une relation fusionnelle avec ses parents, particulièrement avec sa maman. Beaucoup plus tard, Vernon s'occupera d'ailleurs du fan-club de sa star de fils.

Plus tard, pour une sombre histoire de chèque falsifié, Vernon a fait de la prison et a donc été incapable de rembourser son prêt. Elvis et Gladys ont dû déménager. Le futur King n'aura donc vécu qu'un peu plus de trois ans dans sa maison natale.

Au fait, savez-vous pourquoi ce type de maison s'appelle une "shotgun house", une "maison-coup-de-fusil" ? Tout simplement parce que la porte de devant, sur la photo, et celle de derrière sont parfaitement alignées. Un coup de fusil tiré par la porte de devant peut donc traverser la maison et ressortir par derrière sans rien toucher.

Toute la musique qu'il aime ...
Toute la musique qu'il aime ...

Nous avons repris notre promenade dans le parc. La maison natale d'Elvis fait partie du Mississippi Blues Trail, un ensemble d'environ 200 marqueurs célébrant l'histoire du blues, répartis sur tout l'Etat ... et un peu plus loin. Il y en a à Chicago, et même un à Cahors (oui, en France !), pour célébrer le Festival de blues lancé en 1982.

Humbles débuts, gloire planétaire
Humbles débuts, gloire planétaire

Derrière le musée, sur la colline, se trouvent des fresques et des statues à la gloire du King. Cet ensemble est un résumé de sa vie, du gamin de Tupelo arrachant péniblement ses premiers accords à une guitare toute simple, à la bête de scène adulée par les fans du monde entier.

Les couleurs de ce début d'automne et la chaude lumière du soleil déclinant donnent à cette photo une agréable teinte cuivrée.

Après être repassés devant la voiture de Vernon, entre musée et parking, nous quittons le lieu de naissance d'Elvis.

Notre hôtel est un Quality Inn, dans les faubourgs nord de Tupelo, à quelques kilomètres. Nous dînons tout près, dans un Texas Roadhouse particulièrement bruyant, où les télés hurlent à fond je ne sais plus trop quel match. C'est vendredi soir, le restaurant est plein à craquer, nous avons le choix entre attendre qu'une table se libère ou dîner au bar. Nous choisissons le bar, où j'en profite pour engager la conversation avec deux locaux.