Jeudi 10 septembre 2015 - De North Rim à Chinle, Navajo Bridge, les mesas

Le lit de notre cabane en bois étant évidemment le même, Marie a encore un peu souffert, cette nuit. Elle a juste pris la couverture du deuxième lit pour avoir moins froid.

Aujourd'hui, peu de visites, et pas vraiment d'horaire. Autant dire que nous avons du temps devant nous pour une grande étape de presque 500 km, qui va nous conduire jusqu'à Chinle, la ville la plus proche du Canyon de Chelly, que nous visiterons demain.

Nous avons quand même repéré quelques points d'intérêt :

Pour le reste, place est laissée à l'improvisation.

Nous retournons au restaurant pour le petit déjeuner en buffet, toujours aussi copieux et complet. J'essaye l'omelette personnalisée, avec un choix d'ingrédients aussi variés que colorés : lardons, fromage, poivrons, champignons, etc. Excellent !

Puis nous rendons les clés et quittons le Grand Canyon Lodge. La journée promet d'être superbe, il fait un temps splendide.

Jeune cerf au bord de la route, North Rim, Grand Canyon National Park
Jeune cerf au bord de la route

Nous n'avons pas encore atteint l'entrée du parc que nous croisons un groupe de jeunes cerfs en train de traverser la route. Comme dans tout Parc National, ils sont protégés et ne craignent pas la présence de l'homme. C'est pour ça que nous avons la chance d'en voir en pleine journée.

Nous les laissons traverser puis nous reprenons notre route.

A Jacob Lake, nous prenons la route US-89A, direction Marble Canyon.

De North Rim à Jacob Lake, puis de Jacob Lake à Marble Canyon, il semble qu'il n'existe aucune autre présence humaine que la nôtre. Heureusement que nous avons prévu large pour l'essence, parce que je ne sais pas qui nous dépannerait.

Falaises Vermillon, route US-89A, entre Jacob Lake et Marble Canyon
Falaises Vermillon, route US-89A

Après Jacob Lake, la route US-89A traverse une forêt de pins assez épaisse. C'est un paysage typique de montagne, avec une route en fond de vallée, assez sinueuse, qui suit le relief naturel. Jacob Lake est à 2400 m d'altitude.

Au bout d'une vingtaine de kilomètres, nous sortons de la montagne et retrouvons le plateau du Colorado et sa végétation étique de région aride. Nous ne sommes plus qu'à 1700 m d'altitude.

Quelques kilomètres plus loin, nous nous arrêtons sur le bord de la route pour prendre quelques photos. Nous sommes face au premier groupe de Falaises Vermillon, celles du Monument National. Elles sont toujours aussi magnifiques que spectaculaires.

Le plateau du Colorado et les Falaises Vermillon le long de la route US-89A, entre Jacob Lake et Marble Canyon
Le plateau du Colorado et les Falaises Vermillon

La photo montre bien la végétation du plateau du Colorado, un peu d'herbe de prairie, quelques arbustes, et c'est tout. Le sol est rocailleux.

Le temps est magnifique et il commence déjà à faire plutôt chaud. Comme l'air est très sec, la température se supporte très bien.

A tout hasard, je regarde mon téléphone. Toujours pas de réseau. Vu la densité de population, ou plus exactement son absence, il fallait s'y attendre.

Plus nous avançons vers Marble Canyon, plus le sol devient désertique et sablonneux. Même la végétation disparait petit à petit. Nous sommes en plein désert.

Je remarque les nombreux panneaux qui signalent un danger d'ensablement de la route, mais sans m'en inquiéter outre mesure. A un moment, nous sommes bien obligés de ralentir. La route a été recouverte de sable, seule une mince bande dégagée permet de passer, et encore, au ralenti. Ce sont des coulées de boue énormes, à l'échelle de ce pays où, décidément, rien n'est petit, y compris les caprices de la nature. Il ne pleut pas souvent dans ce désert, mais quand il pleut, le ruissellement emmène une partie de la montagne avec lui.

La route US-89A traverse un hameau de quelques maisons, un restaurant et une station-service. Officiellement, il n'existe aucune ville du nom de Marble Canyon.

Le Colorado à Navajo Bridge, route US-89A
Le Colorado à Navajo Bridge

Nous nous arrêtons à Navajo Bridge, le pont par lequel la route US-89A traverse le Colorado. A l'exception des deux passerelles dans le parc du Grand Canyon, seulement acessibles aux piétons et aux mules, ce pont est le dernier avant le viaduc de la route US-93, juste après le Hoover Dam ... à près de 500 km de là !

Il existe en fait deux Navajo Bridge. L'ancien, ouvert en 1929, a fini par devenir insuffisant au fur et à mesure que le trafic routier se développait. Il a été remplacé en 1995 par un nouveau pont, plus de deux fois plus large, aux accès bien plus dégagés, avec une bien meilleure visibilité. L'ancien pont est devenu une passerelle pour piétons. C'est de là que Marie a pris les photos.

A vol d'oiseau, nous sommes à une vingtaine de kilomètres du barrage de Glen Canyon. Le Colorado n'a pas encore complètement repris sa couleur marron clair. Ici il est plutôt verdâtre.

Navajo Bridge, route US-89A
Navajo Bridge, route US-89A

Comme on le voit sur cette photo, Navajo Bridge est un pont à une seule arche, sans pile intermédiaire, appuyé sur les deux flancs de Marble Canyon. L'ouvrage est léger, élancé, vraiment magnifique. C'est un travail remarquable, tant sur le plan de l'ingénierie que de l'esthétique.

Contrairement à l'ancien pont, il n'a pas de restriction de tonnage. Il est accessible aux plus gros véhicules.

Navajo Bridge Interpretive Center
Navajo Bridge Interpretive Center

Sur la rive droite du Colorado, nous arrêtons un petit moment au Navajo Bridge Interpretive Center, un établissement géré par la Glen Canyon National Recreation Area, offrant à la fois bureau d'information, boutique et toilettes.

Sur la photo, l'établissement semble fermé. Il est en fait ouvert. Pour préserver la fraîcheur intérieure de la climatisation, il ne comporte pas de fenêtres. Le bâtiment a été construit dans un style rappelant celui des constructions navajo, bas, en briques.

Juste sous la Bannière Etoilée, le second drapeau est celui de l'Arizona.

Echo Cliffs, falaises le long de la route US-89A, entre Navajo Bridge et Bitter Springs
Echo Cliffs, falaises le long de la route US-89A

Sur la rive gauche du Colorado commence le territoire de la nation Navajo, réparti sur trois Etats, Arizona, Nouveau-Mexique et Utah. Pour des raisons de cohérence à l'intérieur d'un territoire ne comptant que 173 000 habitants (sur un total d'un peu plus de 300 000 Navajos) au recensement de 2010, toute la nation applique l'heure d'été. Ceci impose une petite gymnastique, puisque le reste de l'Arizona ne l'applique pas. A quelques kilomètres près, le système de navigation GPS de la Camaro s'en sort à peu près bien. Il remet la montre de bord à l'heure locale.

Entre Navajo Bridge et Bitter Springs, nous longeons les Echo Cliffs un bon moment. Ces falaises correspondent à la même marche du Grand Staircase que les Falaises Vermillon.

A Bitter Springs, nous rattrapons la route US-89. Nous nous arrêtons pour refaire le plein une quarantaine de kilomètres plus loin, et ce sont les taxes de la nation Navajo qui s'appliquent, réduisant le prix du gallon d'une dizaine de cents.

Nous suivons la route US-89 jusqu'à l'embranchement de la route US-160. Nous retrouvons là une vieille connaissance. En effet, nous avions déjà suivi la route US-160 il y a quelques jours lors de notre traversée du Colorado, de Fort Garland à Cortez, en passant par Durango, puis un peu plus tard, entre Kayenta et Shonto, après notre rapide passage près de Monument Valley.

Nous faisons un bref arrêt à Tuba City avant de prendre la route AZ-264, la route des mesas.

Seconde Mesa, réserve Hopi, route AZ-264, entre Tuba City et Burnside, AZ
Seconde Mesa, réserve Hopi, route AZ-264

La réserve Hopi est enclavée dans la nation Navajo. La route AZ-264 la traverse d'ouest en est par, dans cet ordre, les troisième, seconde puis première mesa. Les villages Hopis sont établis sur les mesas, ou juste autour.

Désireux de préserver leur tranquillité et leur mode de vie, les Hopis demandent à ce que les visiteurs ne prennent pas de photos aux abords immédiats des villages et des habitations. Nous respectons cette demande. Marie prend une seule photo de la Seconde Mesa, où ne figure aucun village. Au fond, cette demande est très logique. Est-ce que nous apprécierions que des Hopis, ou qui que ce soit d'autre, viennent sans permission prendre des photos de nos maisons ?

Nous poursuivons sur la route des mesas. C'est joli, oui, mais sans plus. C'est une relative déception, et les Hopis n'y sont pour rien.

A Burnside, nous rattrapons la route US-191, que nous connaissons déjà, elle aussi : c'est celle qui nous avait amenés à Moab, il y a quelques jours, et par laquelle nous sommes repartis. Nous la suivons jusqu'à Chinle.

Comme nous sommes arrivés de bonne heure, nous allons faire un tour au visitor center du Canyon de Chelly National Monument. La visite est très rapide. Ici, c'est l'heure d'été, et nous n'avons que quelques minutes avant la fermeture pour tamponner notre passeport des Parcs Nationaux et prendre le dépliant du parc.

Notre hôtel est un Holiday Inn très agréable, dont le bâtiment d'accueil rappelle le style local. A l'extérieur, on peut voir un vieux chariot et d'autres témoignages de la Conquête de l'Ouest. Tout le personnel est à l'évidence Navajo.

La réceptionniste, mûe par un sens de l'éthique tout à son honneur, ne souhaite pas recommander un prestataire plutôt qu'un autre parmi la douzaine de sa liste pour visiter le Canyon de Chelly. Je réserve notre visite de demain par internet.

Après un moment à la piscine, et comme la connexion wi-fi est excellente, je commence à rattraper mon retard en sauvegarde des photos et mise à jour du blog. Puis nous dînons au restaurant de l'hôtel, lui aussi dans le style local, très agréable et pour un prix plus que correct.