Samedi 5 septembre 2015 - Canyonlands, The Needles

Aujourd'hui, pas de rendez-vous aux aurores, donc pas de réveil matinal. Nous avons même le temps de parler à la famille sur Skype.

Après le petit déjeuner, nous quittons l'hôtel. Nous refaisons le plein à la sortie de Moab. Un employé québecois m'explique le système anti-fraude installé sur les pompes automatiques qui fait que, neuf fois sur dix, je ne peux pas payer directement à la pompe, mais je dois aller au guichet pour faire autoriser ma carte. C'est tout simplement une subtilité dans la syntaxe des codes postaux qui, comme de juste, n'est pas la même entre l'Europe et les Etats-Unis.

Nous reprenons la route US-191 vers le sud en direction de Monticello, puis nous tournons à droite sur la route UT-211, en direction de Canyonlands National Park, un parc divisé en trois parties par le Colorado et son affluent la Green River. Nous avons visité la première partie de Canyonlands, Island in the Sky, il y a cinq ans. Aujourd'hui, nous visitons la seconde, The Needles (Les Aiguilles). Et comme ce ne sont pas les 270 km de trajet prévu qui vont nous occuper trop longtemps, nous consacrons de fait toute la journée au parc.

Comme depuis le début de ce voyage, on ne peut pas dire que la circulation nous gêne beaucoup. Où que nous allions, il n'y a quasiment personne. Entre la route US-191 et le visitor center des Needles, soit une soixantaine de kilomètres, nous croisons à peine une demi-douzaine de voitures.

Newspaper Rock, UT-211, près de Monticello, UT
Newspaper Rock

Une vingtaine de kilomètres après avoir quitté la route US-191, nous nous arrêtons à Newspaper Rock, un monument historique géré par l'Etat de l'Utah. Il s'agit d'une sorte de rocher presque vertical, en forme de mur, et utilisé comme tel par des générations de locaux pour y graver toutes sortes de motifs. Les représentations d'animaux, de guerriers ou de chasseurs ne font guère de doute. En revanche, j'ai quelques soupçons sur ce motif, en haut à gauche, qui semble représenter une montre. Soit il est moins ancien que les autres, soit ce n'est pas une montre. Les motifs les plus anciens ont plus de 2000 ans.

Quoi qu'il en soit, ce rocher mérite un détour. Il est maintenu en excellent état par un dépôt naturel de manganèse et de fer fixé par les précipitations et les bactéries.

Personne ne connaît exactement la signification de Newspaper Rock, ni même s'il y en a vraiment une. C'est peut-être la manifestation d'une forme de spiritualité, ou juste l'ancêtre du mur de Facebook.

Bien entendu, pas question de toucher le rocher lui-même. Une rambarde maintient les touristes à distance de sécurité.

Route UT-211, entre Monticello et Canyonlands National Park
Route UT-211, entre Monticello et Canyonlands National Park

Un peu après Newspaper Rock, la vallée s'élargit, la végétation devient plus rare, et la route se fait droite, dégageant une superbe vue des mesas autour de nous. Nous nous arrêtons quelques instants pour faire des photos au ras de la route.

Une fois de plus, nous sommes en plein paysage de western.

Un peu avant l'entrée de Canyonlands National Park, nous faisons un rapide détour par le Needles Outpost, un simple comptoir commercial.

Entrée de Canyonlands National Park
Entrée de Canyonlands National Park

Nous sommes à l'entrée de Canyonlands National Park, et le ciel est devenu assez menaçant. Dans quelques minutes, il va même pleuvoir un peu. Fort heureusement ça ne va pas durer, et le temps ira en s'améliorant au cours de la journée. Ca aurait vraiment été dommage de visiter ce parc en K-way.

Nous nous arrêtons quelques minutes au visitor center, où une jeune ranger qui a vécu à Besançon, mais qui a oublié qu'elle a été francophone, nous explique tout ce qu'il y a à savoir sur ce parc et sur d'autres. C'est en fonction de ses renseignements, au demeurant fort précis, que nous allons pouvoir élaborer notre programme pour la journée. Plutôt que de faire une seule longue marche, au risque de finir trempés (à ce moment, le ciel est toujours très menaçant), nous préférons choisir plusieurs pistes de difficultés et de durées variables. C'est ainsi que nous allons découvrir plusieurs facettes du district des Needles de Canyonlands National Park. C'est le choix de la diversité.

Le district des Needles comporte de nombreuses pistes à réserver aux 4x4. Evidemment, avec la Camaro qui n'est pas faite pour ça, nous nous abstenons. Promis, la prochaine fois, nous louons un 4x4.

Roadside Ruin, grenier Anasazi, Canyonlands National Park
Roadside Ruin, grenier Anasazi

Tout près du visitor center, notre premier arrêt est à Roadside Ruin, la ruine au bord de la route. Ce site mérite presque son nom, il est en fait accessible par une marche d'environ 500 m.

Comme le montre la photo, il s'agit d'un grenier Anasazi, que l'on reconnait à sa forme arrondie et à ses ouvertures minuscules. Ceux qui l'ont construit l'ont très astucieusement placé dans une alcôve de rocher, son contenu étant donc maintenu à l'abri par un plafond naturel.

Je suis toujours aussi admiratif devant des ruines du 13ème siècle dans un tel état de conservation.

Aiguilles calcaires, Big Spring Canyon Overlook, Canyonlands National Park
Aiguilles calcaires, Big Spring Canyon Overlook

Nous sommes maintenant à Big Spring Canyon Overlook, l'extrémité de la route goudronnée à l'intérieur du parc. A partir de là, il faut continuer à pied.

Comme son nom l'indique, Big Spring Canyon Overlook surplombe un canyon relativement peu profond. Par contre, vu l'aridité ambiante, j'ignore de quelle grande chute il peut s'agir. Au fond du canyon, malgré la petite averse d'il y a quelques minutes, la rivière est totalement à sec !

Avant d'aller marcher, Marie prend quelques photos, dont celle de ces curieuses aiguilles calcaires. Elles semblent avoir toutes été déformées dans le même sens. J'imagine que l'érosion causée par les vents n'y est pas pour rien. Nous sommes en effet sur le haut d'une mesa, à un endroit totalement dégagé. Aujourd'hui, l'air est calme, mais lorsque le vent souffle, il doit souffler fort, au point de transporter des particules de sable et de sculpter les aiguilles de la photo.

Nous avons choisi Slickrock Trail, une marche de 4 km, soit environ 2h en prenant tout notre temps. Apparemment, la pluie qui menaçait il y a quelques minutes a décidé de nous laisser tranquilles.

Mesas vues de Slickrock Trail, Canyonlands National Park
Mesas vues de Slickrock Trail

Slickrock Trail est une jolie piste sur le haut de la mesa. Du côté droit, donc est, la vue porte à des dizaines de kilomètres, jusqu'aux mesas de la photo. Lorsque l'on s'approche du bord, on domine de quelques dizaines de mètres un plateau couvert d'une végétation de garrigue, rare et résistante. C'est ici que nous avons les meilleures chances de voir des mouflons, un animal en principe assez répandu dans la région.

Pas de chance, nous n'en verrons aucun aujourd'hui. Nous supposons que les mouflons sont plus futés que les touristes, et restent traquillement à l'abri, en attendant des heures moins torrides pour sortir.

The Needles, Canyonlands National Park
The Needles

Du côté gauche de la mesa, la vue porte un peu moins loin, mais s'étend tout de même jusqu'aux aiguilles de la photo, qui ont donné leur nom, les Needles, à cette partie de Canyonlands National Park. On reconnait bien les différentes couches calcaires du plateau du Colorado, rouge vif pour les plus dures, presque blanches pour les plus tendres. Comme partout ailleurs dans la région, ce sont des phénomènes classiques d'érosion qui ont créé les aiguilles : eau, vent, cycles de gel et de dégel.

Le haut de la mesa où nous sommes est un rocher lisse, battu par les vents, où presque aucun sol fertile ne peut tenir. On comprend dès lors pourquoi la végétation est si rare !

Sol vivant, Canyonlands National Park
Sol vivant

Cependant, par endroits la décomposition des végétaux morts, jointe à quelques phénomènes physico-chimiques, arrive à produire un peu de sol naturel. Sur la photo, le sol est de couleur beige. Le matériau sombre qui le recouvre est un dépôt végétal en cours de décomposition par des bactéries. C'est un terreau naturel extrêmement fin et fragile. Il est donc tout à fait exclu de marcher dessus, car il lui faudrait des années pour se régénérer.

Partout dans le parc, de multiples panneaux expliquent ce qu'est ce sol plus sombre, pourquoi il est si fragile, et pourquoi il faut en prendre le plus grand soin.

C'est un matériau vivant.

Slickrock Trail, Canyonlands National Park
Slickrock Trail

Le début de Slickrock Trail suit le côté droit de la mesa, puis une boucle ramène vers le côté gauche, le long du Big Spring Canyon, pour le chemin du retour.

Cette photo a été prise à l'extrémité de la piste. Il fait beau, maintenant et, sur ce rocher très clair, en tout début d'après-midi, nous transpirons à grosses gouttes. Nous avons appliqué la recommandation universelle de prendre beaucoup d'eau avec nous. Marie et moi avons chacun une poche d'eau de 2 litres dans nos sacs à dos. Nous avons également quelques provisions, des fruits, des barres de céréales et des gâteaux secs.

Piste signalée par des cairns, Slickrock Trail, Canyonlands National Park
Piste signalée par des cairns, Slickrock Trail

Le retour de Slickrock Trail passe sur ce même rocher très clair et presque lisse. Bien entendu, pas question d'enfoncer des panneaux de signalisation dans un sol aussi dur. La piste est donc signalée par les petits cairns de pierres superposées que l'on voit de place en place sur la photo. Le plus souvent, le chemin est assez simple à suivre. Parfois, les cairns sont moins visibles et il vaut mieux faire un peu attention quand même. Plutôt que de marcher droit devant soi et de risquer de se perdre, nous recommandons de prendre le temps, à partir d'un cairn, de bien repérer les deux ou trois qui suivent. C'est rassurant.

Même si Slickrock Trail a relativement peu de dénivelé, la piste est assez longue, 4 km quand même, avec plusieurs embranchements. De l'extrémité de la piste, il n'est pas possible de voir le point de départ. Pour se guider, on ne peut donc à certains endroits compter que sur les cairns.

Les applications les plus courantes ne donnent pas de points GPS sur ce genre de piste, et les réseaux téléphoniques sont à peu près inexistants.

Rassurez-vous, nous ne nous sommes pas perdus et nous avons rejoint le parking sans encombre.

Pothole Point, Canyonlands National Park
Pothole Point

Notre arrêt suivant est à Pothole Point, tout proche. La piste est courte, 1 km, avec assez peu de dénivelé. Elle fait le tour d'un gros rocher en forme de dôme, dans lequel l'érosion de l'eau a creusé de nombreuses alvéoles, les nids-de-poule, ou "potholes" qui ont donné leur nom à l'endroit. En principe, ces alvéoles se remplissent d'eau et abritent une vie foisonnante immédiatement après chaque averse.

Comme il a plu un petit peu au moment où nous sommes arrivés à Canyonlands National Park, nous comptions voir cette vie luxuriante : larves, vers, etc. En fait, nous ne voyons pas grand-chose, juste quelques vers minuscules.

Cactus, Pothole Point, Canyonlands National Park
Cactus, Pothole Point

Toujours à Pothole Point, sur le sommet du rocher, nous voyons plusieurs de ces endroits où du sable s'est accumulé dans des creux du rocher et a servi de sol, sur lequel les plantes les moins exigeantes en eau, à savoir les cactus, ont pu pousser.

Le contraste est saisissant, entre le rocher absolument nu et la partie sablonneuse, sur laquelle ont poussé les cactus de la photo.

Cactus et fruits du dragon, Pothole Point, Canyonlands National Park
Cactus et fruits du dragon

De plus près, on voit que les cactus portent encore ce qui reste de leur fruits, ces boules rouges appelées fruits du dragon. En cette fin de saison, les fruits sont tout rabougris, séchés par le soleil. Ce serait intéressant de revenir à la fin du printemps, pour bien voir les fruits du dragon à maturité.

Après Pothole Point, nous reprenons la route principale du parc, jusqu'à Squaw Flat, puis une piste en terre, assez large et en bon état, donc accessible avec la Camaro. Il faut quand même faire un peu attention à l'adhérence, qui n'est évidemment pas celle d'une route goudronnée. Et comme l'endroit attire visiblement pas mal de touristes, nous croisons quand même quelques véhicules sur ces 3 km.

Elephant Hill, Canyonlands National Park
Elephant Hill

Cette piste nous amène à la colline de l'Eléphant, Elephant Hill, un point central d'où partent une piste en terre d'une toute autre difficulté que celle qui nous a amenés ici, que l'on réservera donc aux 4x4, et un certain nombre d'itinéraires de marche.

Dans un premier temps, nous cherchons la colline en forme d'éléphant qui semble avoir donné son nom à l'endroit. Mystère ... aucun rocher ne correspond. Nous finissons par choisir Chesler Park Trail, une piste plutôt longue, en nous promettant de faire demi-tour si nécessaire. Cette piste commence par une montée en escalier, raide, étroite et plutôt exigeante pour les genoux, d'un dénivelé d'une quarantaine de mètres.

C'est en haut des escaliers que nous avons la révélation. Je me retourne et je vois l'éléphant juste en face de nous, de dos, de l'autre côté du petit canyon dont nous venons de faire l'ascension. C'est lui que l'on voit sur la photo.

Sur la piste de Chesler Park, Canyonlands National Park
Sur la piste de Chesler Park

Nous continuons sur Chesler Park Trail. Après un début exigeant, la piste est maintenant bien plus abordable, sans grande difficulté autre que le soleil qui, maintenant, tape fort. Sur le sable, le chemin est évidemment facile à suivre. A quelques endroits un peu plus rocailleux, eh bien .... nous faisons comme tout le monde, nous suivons les cairns déjà vus tout à l'heure à Slickrock Trail.

L'ascension nous amène en bordure d'un vaste champ d'aiguilles, celles-là même qui ont donné leur nom, les Needles, à cette partie du parc. Ce versant de la falaise est déjà à l'ombre, mais les aiguilles les plus élevées restent en plein soleil. C'est ce joli contraste que Marie a voulu montrer sur cette photo.

Gros plan sur les Needles, Canyonlands National Park
Gros plan sur les Needles

Nous sommes à peu près à mi-chemin de Chesler Park Trail mais, si nous voulons encore voir d'autres endroits du parc, il va être temps de faire demi-tour.

Marie prend cette jolie photo des Aiguilles éclairées par le soleil, avec de jolies nuances rouges, beiges et ocres. Pendant ce temps, je monte encore quelques dizaines de mètres. J'atteins un col à partir duquel la piste redescend vers un champ d'aiguilles en forme d'amphithéatre, moins grand que celui de Bryce Canyon, qui constitue un record en la matière, mais agréable à regarder, entouré d'une végétation de garrigue.

Puis nous regagnons Elephant Hill et nous reprenons la voiture. Nous n'avons pas insisté pour faire Chesler Park Trail en entier, nous avons eu raison. Après les escaliers de la montée, la sciatique de Marie s'était bien réveillée.

Campement de cowboys, Cave Spring Trail, Canyonlands National Park
Campement de cowboys, Cave Spring Trail

Notre ultime arrêt à Canyonlands National Park est Cave Spring, la source de la grotte. Il s'agit d'un gros rocher entouré d'une piste d'1 km, que l'on accède depuis la route principale par une courte route non revêtue, large et en très bon état au moment de notre visite, donc sans difficulté.

Le début de la piste passe devant un ancien campement de cow-boys installé à l'abri d'une grotte naturelle qui s'ouvre sur un petit canyon. Les hommes s'installaient là pour surveiller le bétail dans ce qui n'était pas encore un parc national, des années 1880 aux années 1960. Le campement a été abandonné depuis, mais une bonne partie de l'équipement et du mobilier est toujours là, soigneusement préservé des intempéries à l'abri de la grotte, et des touristes par une barrière.

Le canyon lui-même était fermé d'une barrière à son éxtrémité, ce qui permettait de l'utiliser comme enclos à bétail.

La piste monte ensuite par une solide échelle sur le sommet du rocher, puis ramène au point de départ. C'est une marche assez courte, une vingtaine de minutes, sans réelle difficulté.

Mesas, route UT-211, près de Canyonlands National Park
Mesas, route UT-211

Il est maintenant temps de quitter Canyonlands National Park. Notre étape jusqu'à Blanding est courte, environ 120 km.

Nous repassons par les mêmes paysages de western entourés de mesas qu'à l'aller, toujours sur la route UT-211, et je ne résiste pas à l'envie de vous les montrer de nouveau.

Dinde sauvage le long de la route UT-211, près de Canyonlands National Park
Dinde sauvage le long de la route UT-211

A un moment, Marie repère des dindes sauvages dans les fourrés le long de la route. J'ai juste le temps de m'arrêter et Marie peut prendre quelques photos avant que les volatiles ne se dispersent.

Puis nous rattrapons la route US-191, que nous suivons jusqu'à Blanding. En chemin, un orage court mais très intense nous rappelle que, dans les régions de montagne, le temps peut toujours changer assez vite. Heureusement que nous ne l'avons pas eu pendant que nous étions dans le parc ! Lorsque nous arrivons à Blanding, la pluie vient juste de cesser et tout est trempé.

Nous nous installons au Quality Inn, devenu depuis un Rodeway Inn,un hôtel assez simple mais d'un confort tout à fait correct pour sa catégorie, que nous avons choisi avant tout pour sa localisation. Puis, comme chaque soir, nous nous mettons en quête d'un endroit pour dîner. Ce soir, ce sera très basique : je vais acheter des pizzas à la station-service à côté de l'hôtel. Nous n'avions aucune envie de retourner en ville pour chercher un restaurant.

Marie n'a plus qu'à soigner les coups de soleil qu'elle a attrapés pendant cette journée globalement magnifique.