Mercredi 2 septembre 2015 - Mesa Verde National Park

Nous trouvons le prix du buffet de petit déjeuner au lodge plutôt rébarbatif. Nous nous rabattons sur le Far View Terrace Café, un autre restaurant situé à quelques minutes de marche.

Sauf qu'ici, c'est un self-service où chaque article a un prix. Alors forcément, pour avoir l'équivalent du buffet du lodge, nous finissons par payer encore plus cher, pour un petit déjeuner finalement assez moyen. C'est ce qu'on appelle l'expérience acquise.

Vue du Far View Lodge, Mesa Verde National Park
Vue du Far View Lodge, Mesa Verde National Park

De retour à la chambre pour récupérer nos sacs, nous en profitons pour prendre cette photo du magnifique point de vue depuis le lodge. Par beau temps, ce qui est le cas aujourd'hui, la vue porte à plus de 100 km et sur 4 états, si on en croit la publicité. Il n'est pas totalement utopique qu'elle soit exacte.

La géographie de Mesa Verde National Park est assez simple, puisqu'il est essentiellement composé de deux mesas, Wetherhill Mesa à droite et Chapin Mesa à gauche sur la photo, séparées par un ensemble de canyons. La géologie est assez simple aussi. Les mesas sont ce qui reste du plateau du Colorado originel, tel qu'il a été soulevé d'une seule pièce il y a environ 250 millions d'années. Les canyons ont été tout simplement creusés par l'érosion de l'eau. Ici, pas de vallées glaciaires, pas de volcans, pas de failles, pas d'accident géologique ou tectonique.

Mesa Verde National Park est un site du Patrimoine Mondial de l'UNESCO. Le parc est surtout connu pour ses vestiges pré-colombiens, auxquels nous consacrons l'essentiel de cette journée. De nos jours, les plateaux sont devenus assez arides, et on a peine à imaginer que, du 5ème au 13ème siècle, la région était à la fois fertile et plutôt peuplée pour l'époque. On ne sait toujours pas très bien ce que sont devenus les habitants de la région après l'an 1300, ils semblent s'être évanouis sans laisser de traces.

Notre première étape est le musée archéologique de Chapin Mesa. Pour mieux les préserver en limitant le nombre de touristes, certains endroits se visitent de manière contrôlée. Nous prenons donc nos billets pour Cliff Palace et Balcony House, deux sites parmi les plus beaux et les plus intéressants du parc. Les visites seront accompagnées et commentées par des rangers.

Cliff Palace vu d'en haut,Mesa Verde National Park
Cliff Palace vu d'en haut

Cliff Palace est situé dans le flanc d'un canyon. C'était un village important : il ne compte pas moins de 8 kivas, ces pièces rondes à usage de rassemblement et de cérémonie, soit autant de familles étendues. On en déduit donc une population de l'ordre de 150 âmes, ce qui est énorme pour un village de l'époque pré-colombienne. Il s'agissait donc d'un chef-lieu local, où les familles se rassemblaient pour des occasions importantes.

Cliff Palace a été bâti à peu près aux deux-tiers de la hauteur du canyon, à l'abri sous un surplomb de rocher. L'endroit est difficilement accessible, dangereux et peu hospitalier. Les indiens Pueblo qui habitaient la région, et qui ont construit et occupé Cliff Palace pendant tout notre 13ème siècle, avaient donc forcément d'excellentes raisons de s'installer là, peut-être pour se protéger des animaux sauvages, du vent d'hiver glacial sur la mesa ou d'envahisseurs.

A lui tout seul, l'état de conservation absolument remarquable dans lequel nous est parvenu Cliff Palace justifie son classement au Patrimoine Mondial de l'UNESCO. Ce site est une pure merveille.

La visite commence par une promenade le long du bord de la mesa, qui permet de découvrir Cliff Palace d'en haut. C'est de là que l'on mesure le mieux les défis très concrets que devaient relever les habitants : descendre chercher de l'eau à la rivière au fond du canyon, monter travailler les terres sur le haut de la mesa, stocker le grain, protéger leur progéniture des chutes dans le précipice.

Kiva de cérémonie, Cliff Palace, Mesa Verde National Park
Kiva de cérémonie, Cliff Palace

De notre point de vue, Marie prend cette photo d'un kiva, dont on reconnait la forme ronde caractéristique. La pièce est enterrée, et on y pénètre toujours par le haut. Normalement, les kivas sont recouvert d'un toit de branchages et de torchis étayé de poutres de bois, qui ici a depuis longtemps disparu.

Le kiva est uniquement une pièce de rassemblement et de cérémonie. Les habitations sont les pièces aux fenêtres carrées, qui donnent sur le haut du kiva. La construction plus élevée, à droite, avec son entrée caractéristique en forme de T, est un grenier. L'échelle à deux montants est un ajout contemporain. Les indiens Pueblo utilisaient des échelles avec un seul montant central, dans lequel étaient plantés des barreaux obliques.

Grenier, Cliff Palace, Mesa Verde National Park
Grenier, Cliff Palace

Pour visiter Cliff Palace, il faut descendre un étroit chemin qui nous amène juste au pied des ruines, puis attendre à l'ombre que le groupe qui nous précède ait libéré les lieux. C'est le moment que choisit John, notre ranger, pour un partage de connaissances historiques très complet sur le site. Bien entendu, j'y vais de mon habituelle série de questions.

Dans cette alcôve de rocher, l'espace est très limité. Les constructions sont donc de petite taille, et souvent superposées. Sur la photo ci-dessus, on reconnait un pan de mur d'une habitation, puis une tour ronde qui servait de vigie, et enfin un grenier.

Intérieur de kiva, Cliff Palace, Mesa Verde National Park
Intérieur de kiva, Cliff Palace

Nous sommes au bord d'un des 8 kivas de Cliff Palace. L'ouverture carrée sur la photo est beaucoup trop petite pour être une porte. Ce n'est pas non plus une fenêtre, puisque la pièce est sous le niveau du sol. C'est en fait une aération. Les kivas sont reliés entre eux par des conduits amenant l'air frais nécessaire à l'alimentation des feux de bois. Les indiens Pueblo avaient tout prévu : il y a même un déflecteur de pierre, pour éviter que les occupants soient frigorifiés par le courant d'air qui, en plein hiver, devait être absolument glacial.

Les participants aux cérémonies à l'intérieur du kiva se tenaient assis sur le sol. Les bancs de pierre sur le pourtour ne sont donc pas des sièges, mais des supports destinés aux étais de bois qui soutenaient le toit.

Cliff Palace, Mesa Verde National Park
Cliff Palace

Nous quittons Cliff Palace par son extrémité sud. Marie prend une dernière photo où on reconnait un kiva à gauche, puis des habitations, puis un grenier. Nous ne remontons pas par le chemin de l'aller, nous empruntons un étroit passage entre deux rochers, coupé par une échelle plutôt raide. A Mesa Verde, il ne faut pas avoir peur de descendre et de monter. Les visiteurs sont prévenus.

Le nombre important de greniers par rapport à la population nous donne une indication sur le mode de vie des habitants. On suppose qu'ils étaient essentiellement végétariens, et surtout qu'ils entreposaient d'énormes quantités de grain, en prévision de périodes de disette plus ou moins longues, qui ne manquaient pas de se produire de temps en temps.

Pontiac Bonneville 1960, Mesa Verde National Park
Pontiac Bonneville 1960

De retour sur le parking, nous avons cette vision d'un coupé Pontiac Bonneville 1960 en parfait état. Y aurait-il un rassemblement de voitures de collection, sorties exprès pour l'occasion ? Apparemment non, elle est la seule. C'est juste un témoin dans un état exceptionnel de l'exubérance d'une autre époque, celle d'une Amérique sûre d'elle et de sa place dans le monde.

Nous reverrons cette magnifique auto plusieurs fois dans la journée, nous savons qu'elle roule tout à fait normalement.

Habitations dans la falaise, Cliff Canyon, Mesa Verde National Park
Habitations dans la falaise, Cliff Canyon

Tout le canyon sur lequel s'ouvre Cliff Palace est ponctué de ruines pré-colombiennes, il y en a vraiment partout. Juste en face de nous, au milieu de la photo, on reconnait des habitations et un grenier, accrochés au bord de la falaise. Du regard, je cherche les accès à ce hameau, vers le haut pour travailler la terre, et vers le bas pour aller chercher l'eau. Ce n'est pas évident du tout, et c'est sans doute une des raisons pour lesquelles les habitants se sont installés ici : aussi paradoxal que cela puisse sembler, c'est là qu'ils se sentaient le plus en sécurité.

On comprend mieux aussi comment les habitants des différents hameaux communiquaient entre eux sans avoir à se déplacer. Dans un canyon étroit et très encaissé, les voix portent bien, et elles sont propagées par l'écho.

Les Montagnes Rocheuses vues de Mesa Verde National Park
Les Montagnes Rocheuses vues de Mesa Verde National Park

Mesa Verde est sur un plateau, mais les Montagnes Rocheuses ne sont pas très loin, pas plus d'une quarantaine de kilomètres. Elles se détachent clairement sur l'horizon de la mesa.

Et comme souvent en montagne, l'orage menace. Mais à Mesa Verde, il fait un temps superbe. L'orage restera dans les montagnes.

A la vue de cette photo, on a du mal à imaginer une région peuplée de cultivateurs. La terre est aride, la pluie rare, le sol caillouteux. Il faut donc imaginer des changements climatiques majeurs entre le 13ème siècle et maintenant. En effet, les indiens Pueblo cultivaient essentiellement le maïs, dont chacun sait qu'il est gourmand en eau. C'est probablement une des raisons de leur départ : alors qu'ils étaient totalement sédentarisés depuis plusieurs siècles, une sécheresse persistante les a forcés à chercher d'autres terres et à redevenir nomades.

On note aussi des traces d'incendie, assez fréquents dans la région. Ils sont causés par la foudre qui, parfois, frappe les broussailles très sèches et y met le feu.

Accès à Balcony House, Mesa Verde National Park
Accès à Balcony House

Nous roulons quelques minutes jusqu'à Balcony House, notre seconde visite. Il s'agit d'un autre site pré-colombien, de plus petite taille que Cliff Palace, et accroché de manière encore plus spectaculaire au bord du canyon, dans une alcôve bien moins profonde. On commence par descendre un chemin qui n'était pas l'accès utilisé par les habitants, puis on monte une large échelle au bord du précipice, puis une seconde échelle que l'on voit sur la photo, puis un court tunnel où l'on marche penché en avant, et nous voici enfin à Balcony House.

L'endroit est nettement plus petit, et n'avait pas le rôle administratif et cérémoniel de Cliff Palace. Il nous est lui aussi parvenu dans un état de conservation absolument remarquable.

Grotte naturelle, Balcony House, Mesa Verde National Park
Grotte naturelle, Balcony House

Balcony House est installé dans une grotte naturelle qui s'ouvre sur le canyon. Tout au fond de la grotte, là où la hauteur ne permet plus de se tenir debout, on remarque des infiltrations d'eau, visibles sur la photo. Cette eau suffisait à étancher la soif d'une ou deux familles étendues, et il ne faut pas chercher plus loin la raison pour laquelle des êtres humains sont venus s'installer dans un endroit aussi difficile d'accès.

La construction dont on devine un angle à la gauche de la photo est une habitation.

Intérieur d'une habitation, Balcony House, Mesa Verde National Park
Intérieur d'une habitation, Balcony House

Nous sommes ici devant l'entrée d'une des habitations de Balcony House. On y voit de nombreuses traces noires laissées par les feux que les habitants allumaient pour se chauffer et cuisiner.

En regardant les murs en détail, on comprend que les habitants de la région maîtrisaient au 13ème siècle plusieurs techniques essentielles de maçonnerie :

  • La pierre taillée, qui leur permettait de découper des blocs de la taille et de la forme souhaitées,
  • Le mortier, qui leur permettait de lier les blocs entre eux et de construire des murs,
  • Et la brique, qui leur permettait de construire à peu près ce qu'ils souhaitaient.

Ils construisaient en dur, pour rester. On a donc bien affaire à des peuples sédentarisés, de cultivateurs. On est loin des tipis, et des stéréotypes de westerns !

Pierres pour moudre le grain, Balcony House, Mesa Verde National Park
Pierres pour moudre le grain, Balcony House

Pendant que les hommes cultivaient, les femmes s'occupaient des enfants et préparaient à manger. Une des activités consistait à moudre les grains de maïs pour en récupérer la farine, naturellement riche en nutriments. Nos modernes tortillas viennent de là.

Pour moudre, la femme se mettait à genoux devant la grande pierre plate, sur laquelle elle posait les grains de maïs. Puis elle prenait la pierre ronde et écrasait les grains. Elle n'avait plus qu'à récupérer la farine, qu'elle pouvait ensuite mélanger à un peu d'eau pour fabriquer des galettes.

Pour entretenir le mode de vie ancestral des indiens Pueblo, il fallait donc disposer en quantité suffisante de trois ressources de base :

  • De l'eau, apportée par les infiltrations dans le fond de la grotte,
  • Du maïs, cultivé sur le haut de la mesa,
  • Et du bois pour le feu, disponible en abondance sur le plateau.

C'est la rupture de cet équilibre précaire, à la fin du 13ème siècle, qui explique le départ des habitants. En effet, on trouve diverses traces d'une sécheresse d'au moins 24 ans. Mais cela ne nous dit toujours pas ce que ces peuples sont devenus.

Square Tower House, ruines en cours de restauration, Mesa Verde National Park
Square Tower House, ruines en cours de restauration

Après Cliff Palace Loop, nous parcourons Mesa Top Loop, un autre circuit en boucle à sens unique sur le haut de Chapin Mesa.

Tous les sites du parc ne sont pas accessibles. Celui de la photo, Square Tower House, est en cours de restauration, et on y voit les équipes en plein travail. A part une grue de chantier, il ne dispose d'aucun accès évident. Il s'agit d'un hameau de taille moyenne, de trois kivas, soit autant de familles étendues. Peut-être sera-t-il ouvert aux touristes à notre prochaine visite.

A l'exception de Balcony House, qui donne au nord-est, tous les sites que nous avons vus sont ouverts au moins partiellement du côté du soleil, de l'est à l'ouest, mais jamais au nord. Pour expliquer l'installation des habitants dans des endroits aussi difficiles d'accès, l'argument météorologique semble donc prépondérant.

Habitations Pueblo sur le plateau, Mesa Verde National Park
Habitations Pueblo sur le plateau

Mesa Top Loop compte de nombreuses ruines datant des diverses époques ayant précédé l'installation des indiens Pueblo dans les canyons, soit du 5ème au 12ème siècle. On mesure l'évolution des techniques de construction au cours de la période :

  • D'abord, de simples huttes de bois, construites sur un sol à peine creusé,
  • Puis des maisons allongées mêlant branchages et torchis, un peu plus enfoncées dans le sol,
  • Puis des habitations en dur, de plus en plus enterrées, dont seul le haut dépasse encore, façon tumulus, comme sur la photo,
  • Et enfin le kiva tel que nous l'avons vu, dont le toit se confond avec le niveau du sol.

Après l'an 1200, il n'y a plus de traces d'habitations sur le haut de la mesa. Les occupants ont définitivement abandonné le plateau pour les maisons dans la falaise, qu'ils n'auront finalement occupées qu'une centaine d'années.

Habitations et greniers, Cliff Canyon, Mesa Verde National Park
Habitations et greniers, Cliff Canyon

Il y a environ 4300 sites archéologiques à Mesa Verde. il n'est donc pas surprenant de trouver dans chaque canyon de nombreuses ruines de toutes tailles, de l'immense Cliff Palace à de minuscules hameaux pour une ou deux familles, comme celui de la photo.

A chaque endroit, c'est la même organisation qui est visible :

  • Kiva au centre, où on se rassemble,
  • Habitations autour du kiva,
  • Greniers proches des habitations.

Et à chaque fois, nous cherchons les voies d'accès à l'eau et à la nourriture, rarement évidentes.

Vautour près de Spruce Tree House, Mesa Verde National Park
Vautour près de Spruce Tree House

Nous avons terminé notre visite des sites de Chapin Mesa, nous sommes de retour au musée. Juste en dessous, assez proche, se trouve un site, lui aussi remarquable, Spruce Tree House. Contrairement à Cliff Palace et Balcony House, Spruce Tree House se visite librement. Il est possible que la descente à pied au fond du canyon (environ 2,4 km aller-retour et 50 m de dénivelé) décourage les visiteurs les moins motivés.

Au moment où je rédige cet article (janvier 2016), suite à la chute d'un rocher tout près du chemin emprunté par les visiteurs, Spruce Tree House est fermé, en attendant que toutes les vérifications de sécurité nécessaires aient été effectuées.

Comme on le voit sur la photo, Mesa Verde National Park ne se limite pas à des ruines pré-colombiennes. La flore et la faune méritent également d'y consacrer du temps. Le vautour de la photo est tout à fait représentatif de la diversité biologique du parc.

Spruce Tree House, Mesa Verde National Park
Spruce Tree House

Spruce Tree House est un hameau de taille moyenne, lui aussi dans un état de conservation absolument remarquable. On reconnait l'organisation traditionnelle, kiva au centre, habitations autour, et greniers soigneusement abrités. Certaines parties ont été restaurées en respectant les techniques de l'époque.

On voit bien sur la photo les longues poutres de bois utilisées pour soutenir chaque étage. Ces poutres dépassent largement de la construction, et on comprend que la partie extérieure soutenait une sorte de passerelle donnant accès aux pièces des étages supérieurs.

Juste devant nous, on reconnait le kiva et son entrée par le toit, ainsi que l'orifice d'aération. L'échelle dont on voit dépasser les deux montants est en revanche bien plus contemporaine.

A l'intérieur du kiva, Spruce Tree House, Mesa Verde National Park
A l'intérieur du kiva, Spruce Tree House

Après avoir échangé quelques mots avec le ranger, nous descendons visiter le kiva. Sur la photo, on voit bien les étais de bois soutenant le toit, qui a été reconstitué. Juste derrière l'échelle, on reconnait le déflecteur de pierre, qui évitait aux occupants du kiva d'être frigorifiés par les courants d'air glacial en hiver. On voit aussi que les bancs de chaque côté du kiva ne peuvent pas servir de sièges : ils sont largement trop hauts, et déjà occupés par les étais du toit.

Après Spruce Tree House, nous renonçons à parcourir le chemin au fond du canyon. En effet, Marie recommence à sentir les effets de sa sciatique.

La vie des indiens Pueblo au musée, Mesa Verde National Park
La vie des indiens Pueblo au musée

De retour en haut de la mesa, nous consacrons du temps à visiter le musée, très riche en objets de toutes sortes et très instructif. Nous notons une série de cinq vitrines, dont on voit ici la seconde, qui illustrent les cinq périodes de l'occupation de Mesa Verde, depuis les chasseurs-cueilleurs jusqu'aux habitants du canyon.

Obstiné, je cherche des explications à la soudaine disparition des indigènes autour de l'an 1300. Des hypothèses existent, bien sûr, mais elles sont peu satisfaisantes pour l'esprit :

  • Ils ont été envahis et massacrés : mais il n'existe pas de trace de guerre à Mesa Verde,
  • La sécheresse et la famine ont fini par les éliminer : mais on n'a pas trouvé suffisamment d'ossements pour étayer cette hypothèse,
  • Ils ont migré vers d'autres contrées plus accueillantes : dans ce cas, on devrait retrouver ailleurs des traces de leur présence, or on n'en trouve nulle part.

Finalement, l'hypothèse la plus vraisemblable, quoique pas complètement prouvée scientifiquement, est que, déjà sérieusement diminués en nombre après 24 années de sécheresse persistante, ils ont fini par quitter Mesa Verde et ont été rapidement assimilés par les peuplades environnantes bien plus nombreuses, notamment les Hopis et les Navajos, nouvellement installés dans la région.

Puis nous retournons au lodge. Nous avons peu roulé, aujourd'hui, et nous ne sommes pas sortis du parc, il est vrai assez étendu.

Nous dînons au coffee-shop au-dessus du restaurant d'hier, à peu près moitié moins cher et tout à fait correct.