Mardi 1er septembre 2015 - Quad, chemin de fer de Durango à Silverton, CO

Pour une journée de vacances, Marie trouve que nous devons encore nous lever tôt. C'est pour une très bonne cause : nous sommes attendus à 9h20 pour notre excursion entre Durango et Silverton.

Nous avons choisi un programme qui va nous occuper l'essentiel de la journée :

C'est une organisation à l'américaine, à la fois décontractée et rigoureuse. Et le temps promet d'être superbe !

Je me suis arrangé avec l'hôtel, nous pouvons laisser la voiture toute la journée sur le parking.

Sculpture en bronze devant la gare de Durango, CO
Sculpture en bronze devant la gare de Durango

En attendant le bus, Marie prend quelques photos, dont cette superbe scupture en bronze, juste devant la gare de Durango.

Le bus est exactement à l'heure, 9h20 précises pour un départ à 9h30 précises. Sur la route, le chauffeur, intarissable, nous explique l'histoire de la région, dominée par les mines d'argent autour de Silverton à la fin du 19ème siècle. C'est pour acheminer le minerai que la ligne a été construite en 1881. Dès son ouverture, le temps de transport de Silverton à Durango est passé de quelques semaines à quelques heures. Intéressant pour les mineurs, dont la prospérité dépendait en grande partie de la vitesse à laquelle ils étaient payés.

La voie de chemin de fer suit à peu près le cours de la rivière Animas, dont le nom signifie "les âmes", en espagnol. Lors d'une expédition par un conquistador un peu trop sûr de lui qui avait cru bon d'ignorer les avertissements des locaux, une crue soudaine a impitoyablement emporté une bonne partie des troupes. Incapable de donner une sépulture chrétienne à ses soldats noyés dans la rivière, il recommanda leurs âmes à Dieu. Le nom est resté depuis, la Rivière des Ames.

La ligne a été construite à voie étroite, à l'écartement de 3 pieds (91,44 cm), au lieu des 4 pieds 8 pouces 1/2 (1,435 m) standard. Un écartement étroit autorise en effet des courbes nettement plus serrées. A l'époque, les moyens de construction étaient bien plus rudimentaires que maintenant, et les ingénieurs ont privilégié un tracé au plus près de la rivière, quitte à creuser dans les parois du canyon. Pour une ligne en haute montagne, le nombre de ponts est très faible, et il n'y a aucun tunnel.

La route US-550 sur laquelle nous roulons suit la rivière d'un peu plus loin, s'en éloignant parfois de quelques kilomètres. Elle a été ouverte en 1924. D'après les légendes locales, elle tient son surnom de "route à un million de dollars" (Million Dollar Highway) du coût de construction exorbitant de chaque mile, conséquence d'impressionnants travaux : excavations à flanc de montagne, soutènements et passage de deux cols très élevés, Coal Bank Pass à 3240 m et Molas Pass à 3340 m.

Arrivée à Silverton, CO
Arrivée à Silverton

Durango est déjà à 1988 m d'altitude, Silverton est située encore beaucoup plus haut, à 2835 m. Nichée au milieu des San Juan Mountains, au confluent de deux branches de la rivière Animas, Silverton était à la fin du 19ème siècle une ville de mines d'argent particulièrement active et prospère. La légende, racontée par notre guide décidément fort bavard, veut qu'un journaliste en mal de reportage ait passé une soirée dans un bar à discuter avec les mineurs, pour savoir ce qu'ils cherchaient. L'un d'eux, quelque peu éméché, aurait répondu quelque chose du genre "ici, on trouve ... de l'argent (silver), à la tonne (ton) !". Même si l'exagération était flagrante, le nom de la ville était tout trouvé.

A cette époque, en effet, le district minier de Silverton était l'un des plus prospères des Etats-Unis.

Bien que nous soyons en pleine montagne et à haute altitude, il fait très bon. Pas besoin de pôlaires, un t-shirt suffit amplement, provisoirement.

Silverton n'est pas une très grande ville, guère plus de 500 âmes. Nous sommes très vite à destination, où nous sommes attendus par Ben, notre guide pour l'excursion en quad. Après avoir signé une décharge de responsabilité, on nous équipe de casques, et nous rejoignons nos quads. Nous passerons quelques heures avec Ben et un couple du Kansas.

Mine abandonnée près de Silverton, CO
Mine abandonnée près de Silverton

Nous montons sur un quad tandem, un engin rustique et particulièrement inconfortable, dont Marie comprend très vite les limites. Elle se plaint d'un violent mal de dos, et je m'arrange avec Ben, qui a un quad nettement plus confortable, pour qu'elle monte à côté de lui. La suite de l'excursion sera ainsi nettement plus agréable pour elle. Je continue sur le quad tandem qui, bien que très physique (le soir, j'aurai franchement mal aux bras !) est finalement plutôt ludique à piloter.

Nous suivons une des branches de la rivière Animas, le long d'une vallée ponctuée de très nombreuses mines abandonnées. Ben profite des pauses pour nous expliquer l'histoire de la région.

Quads et paysage alpin près de Silverton, CO
Quads et paysage alpin près de Silverton

Petit à petit, nous prenons de l'altitude au milieu de paysages magnifiques. Nous croisons quelques 4x4 de touristes en visite, ou de locaux. Cette partie du chemin est large et assez facile pour les néophytes que nous sommes.

Nous avons roulé à peu près une heure. C'est l'heure de la pause déjeuner. Ben a prévu des sacs-repas avec sandwiches, chips, petits gâteaux et bouteille d'eau.

Maison abandonnée à Animas Forks, CO
Maison abandonnée à Animas Forks

Nous sommes à Animas Forks, à environ 3400 m d'altitude, au milieu de paysages alpins magnifiques. Ici, de 1873 au début des années 1920, il y avait un petit village où les mineurs aimaient à se retrouver entre eux. Il reste quelques maisons de bois, dont une ou deux ont été restaurées, et les autres varient entre la ruine complète et un relativement bon état, comme celle de la photo.

Ici, pas de boutique. Tout est authentique. Nous sommes au milieu d'un vrai village, qui a été habité il y a plus de cent ans.

En conversation avec Ben, notre guide
En conversation avec Ben, notre guide

Je profite de la pause repas pour discuter avec Ben. Il a 21 ans, étudie à Chicago et passe la saison d'été à Silverton. On a déjà vu des jobs d'été plus ingrats que celui-ci, il en convient. Malgré tout, il a des responsabilités. Il doit éviter de mettre son groupe en situation délicate, et surtout il doit ramener à Silverton autant de touristes qu'il en avait au départ.

Bien qu'il ne s'agisse pas de son métier de base, Ben s'est mis dans le bain très vite. Il a déjà bien appris l'histoire et la géographie de la région. Et comme il est très amical, c'est un plaisir de passer cette journée avec lui.

Animas Forks, CO
Animas Forks

Animas Forks est située au confluent de deux branches de la rivière Animas qui, à cette altitude, se réduit à quelques torrents de montagne pas particulièrement impressionnants. Et bien que nous soyons à 3400 m, il n'y a pas la moindre plaque de neige autour de nous. Il faut un petit effort pour imaginer le même paysage sous 2 bons mètres de neige, et penser aux mineurs qui passaient l'hiver plus ou moins isolés dans leurs fragiles cabanes en bois.

Il est maintenant l'heure de repartir.

Mine abandonnée au-dessus d'Animas Forks, CO
Mine abandonnée au-dessus d'Animas Forks

Nous suivons Ben sur un chemin qui monte à flanc de montagne, ponctué de quelques difficultés techniques cependant abordables pour les néophytes que nous sommes.

Nous nous arrêtons à près de 3600 m d'atitude, sur le site d'une des mines les plus élevées et les plus isolées de la région. Pas question de descendre le minerai à Silverton, puis de le charger sur le train, l'opération aurait pris trop longtemps. Le bâtiment que l'on voit sur la photo abritait donc, outre la mine, une petite fonderie. L'argent était raffiné sur place, il n'y avait plus qu'à amener en ville un métal à peu près pur, à la valeur marchande nettement supérieure à du simple minerai.

Nous traversons les bâtiments en bois où les mineurs dormaient ou cuisinaient. L'endroit est resté tel qu'il a été abandonné, rien n'a été changé. Bien sûr, l'état des lieux laisse à désirer, mais il faut quand même imaginer que ce bâtiment a survécu à presque une centaine d'hivers de montagne. C'est assez miraculeux de pouvoir le visiter sans autre formalité.

Nous sommes au point le plus élevé de notre excursion. Nous allons maintenant prendre le chemin du retour.

Paysage alpin au-dessus d'Animas Forks, CO
Paysage alpin au-dessus d'Animas Forks

Nous redescendons par la même piste, toujours au milieu de superbes paysages alpins. Le moins qu'on puisse dire, c'est que nous ne sommes pas perturbés par les touristes. Il n'y a que nous !

Toujours assise à côté de Ben, Marie trouve le temps de faire quelques photos, dont ce paysage de haute montagne, tout proche de la fonderie. Nous ne sommes pas très loin des sommets. Ce qui me frappe le plus, c'est qu'il ne fait pas froid. Je porte une pôlaire, bien sûr, mais c'est avant tout pour me protéger du vent sur le quad.

Traversée en quad de la rivière Animas
Traversée en quad de la rivière Animas

Histoire de nous amuser un peu, Ben nous fait passer à gué une branche de la rivière Animas. Restée de l'autre côté, Marie me prend en photo, ainsi que nos amis du Kansas, à qui j'enverrai les fichiers par mail après notre retour. Le plaisir ne serait pas complet si je ne mouillais pas vigoureusement le bas de mon jean. Ca sèchera très vite dès que nous reprendrons la piste.

Bien sûr, au moment de la fonte des neiges, ce genre d'exercice est impensable, pour des raisons de sécurité tous à fait évidentes.

Cascade près de Silverton, CO
Cascade près de Silverton

Après le passage du gué, nous reprenons la piste principale de ce matin, un large boulevard qui nous ramène vers Silverton. Nous nous arrêtons moins, nous sommes censés avoir vu la plupart des curiosités à l'aller. Marie prend encore quelques photos, dont cette jolie cascade au milieu des sapins.

C'est maintenant moi qui ferme la marche. Sur ce trajet à vive allure, je me prends toute la poussière des deux autres quads. Ce soir, j'aurai bien mérité une douche !

Puis c'est le retour à Silverton. Nous faisons encore quelques photos avec Ben, puis nous reprenons le chemin de la gare. Bien que nos places soient réservées depuis des mois, nous ne tenons pas particulièrement à arriver à la dernière seconde pour le train.

Ford A dans le centre de Silverton, CO
Ford A dans le centre de Silverton

En chemin, nous croisons dans une rue commerçante cette Ford A superbement restaurée, qui sert de publicité ambulante à un restaurant. Je me demande si ce n'est pas une réplique mais, à y regarder de plus près, non, elle semble absolument authentique.

Il n'y a pas vraiment de gare à Silverton, ni quai ni bâtiment autre qu'un minuscule guichet. La voie ferrée traverse une rue transversale par son milieu, c'est tout. Devant certaines voitures, le personnel, déjà à pied-d'oeuvre, a placé de petits escabeaux, et aide les personnes en difficulté à monter. Nous trouvons facilement nos places dans une voiture semi-ouverte, ce qui se révèlera excellent. Pour une fois, les photos seront sans reflets. Normal, il n'y a pas de vitres.

Puis c'est le départ. En principe, le train met 3 heures et demie pour redescendre à Durango. On a beau aimer les trains et les paysages de montagne, le même parcours deux fois de suite pourra sembler un peu répétitif à certains. Nous nous félicitons d'avoir choisi cette excursion combinée, malgré le mal au dos de Marie au début de la balade en quad.

Départ de Silverton en train à vapeur
Départ de Silverton en train à vapeur

La ligne, évidemment à voie unique, suit le cours de la rivière Animas, qui ne va pas tarder à devenir un étroit canyon plus ou moins sinueux. On comprend vite pourquoi la ligne a été construite à voie étroite.

Le train est composé d'une dizaine de voitures, toutes d'époque, soigneusement entretenues dans leur état d'origine. L'effort de reconstruction est méritoire et le résultat superbe. Nous sommes dans un authentique train d'il y a plus de 100 ans.

Notre voiture n'ayant pas de vitres, il est facile de prendre des photos. Il suffit de se pencher un peu ... en faisant attention de ne pas toucher le rocher, parfois vraiment tout près.

Paysage vu du train près de Silverton, CO
Paysage vu du train près de Silverton

Durant ce voyage de retour, nous découvrons des paysages assez différents de ceux de l'aller. Normal, par endroits, la route est à 4 ou 5 km de la voie de chemin de fer. De toute façon, il n'y avait pas assez de place dans le canyon de la rivière Animas pour faire passer aussi la route.

A l'altitude de Silverton, la végétation est typique des hautes Montagnes Rocheuses, avec profusion de sapins. Petit à petit, elle va changer en redescendant vers Durango, située près de 900 m plus bas.

Il ne faut pas se laisser impressionner par les quelques nuages que l'on voit sur les photos. Aucun orage ne menace. Il aura globalement fait très beau toute la journée.

Rivière Animas, entre Silverton et Durango, CO
Rivière Animas, entre Silverton et Durango

En 3 h et demie de voyage, nous avons largement le temps de faire connaissance avec nos voisins de banquette. Une touriste du New Jersey, Bobbie, tente d'engager la conversation avec Marie, qui ne relève pas le défi. Bobbie se rabat sur moi, et nous discuterons de choses et d'autres, de nos voyages, du site, jusqu'à Durango. Je lui dis tout le bien que je pense de son Etat, que j'ai déjà visité quatre fois, et qui est aussi celui de Bruce Springsteen.

Par endroits, comme sur la photo, nous sommes tout près de la rivière, que nous traversons plusieurs fois sur des ponts de bois aussi authentiques que le reste. Plus loin, nous serons près de 150 m au-dessus.

A mi-chemin, on refait le plein d'eau
A mi-chemin, on refait le plein d'eau

Une locomotive à vapeur, ça consomme beaucoup d'eau, et la nôtre n'a pas l'autonomie suffisante pour relier Durango d'une traite. A mi-chemin, on refait donc le plein.

J'en profite pour noter que les livrées du personnel sont elles aussi de ce style d'époque si typique, hors du temps.

Locomotive à vapeur et panache de fumée noire
Locomotive à vapeur et panache de fumée noire

Puis nous repartons, dans un grand panache de fumée noire.

C'est finalement une très bonne chose, cette ligne à voie étroite et aux courbes très serrées. De là où nous sommes placés, à peu près au milieu du train, nous pouvons fréquemment prendre en photo l'avant ou l'arrière du train, parfois les deux. La photo ci-dessus a été prise de notre place, pas de l'extérieur.

Au bord du précipice
Au bord du précipice

Ici, le canyon s'est encore resserré, et même une ligne à voie étroite ne peut pas y passer. Le tracé s'élève alors quelque peu, pour dominer le canyon d'une vue imprenable.

Cette photo est un grand classique de la ligne de Durango à Silverton, on la voit un peu partout, dans les brochures publicitaires ou sur le site web, le plus souvent prise à la montée. On remarquera le tracé à flanc de montagne, juste au bord du précipice.

Un peu plus loin, la ligne traverse au ralenti une tranchée dans la roche, où l'on pourrait toucher le rocher de chaque côté du train tant il est près. C'est évidemment fortement déconseillé.

Rochers rouges près de Durango
Rochers rouges près de Durango

Après la sortie du canyon, la vallée s'élargit. Nous approchons de Durango. Les rochers rouges en face de nous sont colorés par le soleil qui commence à décliner en cette fin d'après-midi.

Autant nous n'avons pas croisé âme qui vive depuis que nous avons quitté Silverton, autant nous traversons maintenant une région nettement plus peuplée, la banlieue de Durango, en quelque sorte, où alternent de luxueuses demeures et des parcs à caravanes. Décidément, ce pays est à tout jamais une terre de profonds contrastes.

Retour à Durango
Retour à Durango

Nous traversons Durango à allure réduite, comme pour en profiter le plus longtemps possible. Nous repassons juste derrière notre hôtel, et c'est beaucoup plus tard, en triant les photos pour le site, que je verrai que notre voiture est toujours là où je l'avais laissée ce matin. Heureusement, parce que toutes nos affaires sont dedans !

Après quelques derniers mots échangés avec une Bobbie toujours aussi bavarde, nous reprenons la route et quittons Durango. Nous refaisons le plein à la sortie de la ville et prenons la route de Mesa Verde National Park. Ce n'est pas très loin, à peu près une heure et quart. Il fait cependant presque nuit lorsque nous arrivons au Far View Lodge,au milieu du parc.

Nous dînons au restaurant du lodge, pas franchement donné mais très correct. Dommage qu'il fasse maintenant nuit noire, le panorama semble absolument superbe.

La chambre, par contre, est plutôt basique, et le wi-fi pas extraordinaire. C'est sans doute le prix à payer pour être déjà au milieu du parc, et surtout assez loin de toute ville.