Lundi 31 août 2015 - de Great Sand Dunes à Durango, CO

Nous ne sommes pas particulèrement pressés, ce matin. Nous avons vu hier ce que nous voulions voir à Great Sand Dunes National Park, nous n'y retournons pas.

Nous descendons à l'Oasis prendre un copieux petit déjeuner, celui du lodge se résumant à du café ou du thé. Puis nous prenons la route pour Durango, à 270 km. Nous traversons d'abord le même vaste plateau qu'hier, puis de superbes paysages de montagne jusqu'à Durango. La route US-160 passe par le col de Wolf Creek, à 3 309m, rien que ça ! Toute cette partie de la route est ponctuée de stations de sports d'hiver.

Nous arrivons à Durango très tôt, et notre chambre n'est pas encore prête. Nous en profitons pour aller à la gare chercher nos billets pour demain.

La gare de Durango, CO
La gare de Durango, CO

La gare de Durango est située tout près de notre hôtel. C'est un bâtiment en bois tout à fait conforme à ce que l'on imagine quand on a vu, comme c'est mon cas, un peu trop de westerns, à la fois classique et très bien entretenu. Quelques concessions ont quand même été faites au modernisme : les toilettes sont impeccables et, bien sûr, l'inévitable boutique est ouverte.

Peinture murale historique, Durango, CO
Peinture murale historique, Durango, CO

Puis nous allons nous promener en ville. Nous découvrons que tout le centre ville est composé de bâtiments historiques plus ou moins préservés. Nous sommes en plein western !

Nous allons faire les magasins. Je suis fermement décidé à acheter une paire de bottes western et un Stetson. Mais ici, les prix ont de quoi rebuter les plus motivés. Cependant, les boutiques semblent plus authentiques que, par exemple, à Santa Fe.

Au hasard de notre promenade, nous voyons cette jolie peinture murale, qui représente le Durango de la fin du 19ème siècle. La ville a été fondée de toutes pièces en 1881 par le Denver and Rio Grande Railroad pour y installer un dépôt, après que la municipalité de Las Animas, toute proche, ait refusé de participer au financement de cette construction. Par la suite, Las Animas a périclité puis disparu, absorbée par sa rivale à l'activité économique bien plus porteuse.

Hôtel General Palmer, Durango, CO
Hôtel General Palmer, Durango, CO

Après notre promenade dans le centre ville, nous revenons à notre hôtel pour quelques photos.

Puis nous allons faire quelques courses dans un centre commercial à l'extérieur de Durango. J'ai en effet vu dans notre chambre une publicité pour Boot Barn, une boutique spécialisée dans les bottes western, mais pas moyen de trouver une paire à ma taille. Ce n'est que partie remise. La vendeuse nous suggère d'aller voir ses collègues d'autres magasins lorsque nous serons dans le sud, au cas où la clientèle locale ait des pieds plus comparables aux miens. Ici, apparemment, on ne vend que de très grandes tailles.

Nous achetons aussi une carte de téléphone prépayée, qui nous sera bien utile par la suite. C'est ce qui me vaudra de disposer pendant quelques semaines d'un numéro de téléphone officiel de l'Utah, état où je déclarerai l'activation de ma carte.

Notre chambre à l'hôtel General Palmer, Durango, CO
Notre chambre à l'hôtel General Palmer, Durango, CO

L'hôtel General Palmer est un établissement de style victorien, typique de la fin du 19ème siècle. Les chambres sont à l'image des parties communes et de l'extérieur, très typiques, bien entretenues et de belle qualité. Je recommande cet établissement pour son charme, son style, sa classe et son accueil.

Notre chambre n'a pas de fenêtre, mais ça, nous le savions avant de venir. Ce n'est pas plus mal, au moins nous ne serons pas réveillés par les trains de la ligne toute proche.

Musée du chemin de fer, Durango, CO
Musée du chemin de fer, Durango, CO

Puis nous retournons visiter le musée du chemin de fer, situé juste derrière la gare. L'entrée au musée est comprise dans notre excursion de demain, et on ne nous fait aucune difficulté pour entrer.

Ce musée n'est pas consacré qu'au chemin de fer de Durango à Silverton. Si cette ligne anciennement minière y tient malgré tout une large place, comme le montre la locomotive à vapeur de la photo, le musée présente aussi des voitures, un avion, des uniformes militaires de différentes époques, des armes, des postes de radio et toutes sortes d'objets plus ou moins liés à l'histoire de la région.

Maquette de la gare de Durango, musée du chemin de fer, Durango, CO
Maquette de la gare de Durango, musée du chemin de fer, Durango, CO

Le musée héberge de nombreuses maquettes, dont un gigantesque circuit de trains électriques totalement automatisé. Dans une vitrine, on peut aussi voir une reconstitution de la gare de Durango. Elle a effectivement été fort bien préservée.

Voiture de luxe, musée du chemin de fer, Durango, CO
Voiture de luxe, musée du chemin de fer, Durango, CO

Une ancienne voiture de luxe du chemin de fer de Durango à Silverton a été conservée. Comme on le voit sur la photo, la place ne manque pas pour étirer ses jambes, et les fauteuils semblent particulièrement confortables. On ne peut pas entrer, on doit se contenter de regarder par une des fenêtres d'extrémité.

La locomotive et moi, musée du chemin de fer, Durango, CO
La locomotive et moi, musée du chemin de fer, Durango, CO

Je n'oublie pas que mon arrière-grand-père a été mécanicien de locomotives à vapeur, il y a ... longtemps ! Je m'installe quelques instants dans le poste de conduite d'une des machines. C'est sobre et rustique. L'instrumentation se limite à quelques manomètres, et la visibilité à un petit hublot de chaque côté de la chaudière. Il n'y a rien pour s'asseoir. Rien à voir avec les engins actuels !

Ford T, musée du chemin de fer, Durango, CO
Ford T, musée du chemin de fer, Durango, CO

Le musée présente aussi quelques voitures d'époque, dont cette Ford T, qui date des années 1920. J'ignore si elle est en état de rouler, elle est en tout cas magnifiquement conservée. Bien entendu, pas question de s'installer au volant.

Hôtel General Palmer, Durango, CO
Hôtel General Palmer, Durango, CO

Puis nous regagnons l'hôtel, cette fois-ci par derrière. Déjà, à la fin du 19ème siècle, certains hôtels disposaient d'une sortie arrière, en cas d'incendie.

Nous dînons au Palace Restaurant, juste en face de la gare. Pas moyen de manger en terrasse, tout est plein. L'intérieur est plus abordable, mais relativement bruyant. Nous nous régalons avec de la viande d'excellente qualité. En saison touristique, il est recommandé de réserver. L'établissement est en effet connu, bien situé et très agréable.