Lundi 27 mai 2013 - Boston

La nuit au Best Western de Quincy a été pénible. Il y a eu un mariage et les invités sont allés se coucher bien trop tard, et fort bruyamment. Le personnel de l'hôtel a été totalement impuissant à ramener le calme.

Quoi qu'il en soit, après un petit déjeuner assez moyen,nous prenons la navette de l'hôtel, qui nous emmène jusqu'au métro. En effet, comme dans toute grande ville qui se respecte, le stationnement à Boston est problématique, et il vaut mieux utiliser les transports.

Il fait un temps splendide.

Métro de Boston, recto du Charlie Ticket
Charlie Ticket, ticket de métro de Boston valable un jour

Nous prenons deux Charlie Tickets, ces cartes valables 24 heures sur tout le réseau de métro de la MBTA, la Massuchetts Bay Transportation Authority, qui gère les transports en communs de l'agglomération de Boston.

Métro de Boston, verso du Charlie Ticket
Charlie Ticket, ticket de métro de Boston valable un jour, verso

J'aime beaucoup le dessin au dos du Charlie Ticket.

Ici, le métro, on l'appelle tout simplement le T. Les lignes sont repérées par des couleurs. Nous prenons la ligne rouge, puis la orange.

Boston, famille d'oies cendrées
Une famille d'oies cendrées en plein centre de Boston !

Après avoir changé dans le centre de Boston, nous descendons à North Station qui, à l'exception de la grande patinoire de hockey des Boston Bruins, semble à peu près au milieu de nulle part. Juste à la sortie du métro, nous croisons cette famille d'oies cendrées, qui défile lentement au pas, dans une rue fort heureusement sans circulation. Etonnant, non, en pleine ville ?

Frégate USS Constitution, Boston Navy Yard, Charlestown
La frégate USS Constitution

Nous avons traversé la rivière Charles, qui sépare Boston proprement dite, au sud, de Charlestown, au nord. Les anciens chantiers navals de Boston Shipyard, en fait situés à Charlestown, ont été transformés en musée. En plus du visitor center, pas très grand mais clair et agréable à visiter, deux navires sont à l'ancre : l'USS Constitution, une frégate de 1795, et l'USS Cassin Young, un destroyer de la Seconde Guerre Mondiale.

L'USS Constitution est le plus vieux bâtiment militaire encore en service actif au monde. Suite à un engagement pendant la guerre de 1812 contre la frégate britannique Guerriere, où elle s'est distinguée par son audace dans l'action, elle a été surnommée "Old Ironsides", bien que ses flancs soient faits de bois et non de fer.

Nous visitons le musée de l'USS Constitution, avec de nombreux objets d'époque et des témoignages parfois poignants sur la vie de l'équipage à bord. Pour la frégate elle-même, nous sommes pris par le temps. Ce sera pour un autre jour.

Destroyer USS Cassin Young, Boston Navy Yard, Charlestown
Le destroyer USS Cassin Young

Lors de notre visite, l'USS Cassin Young n'est pas accessible. Dommage. Nous devrons nous contenter de photos extérieures.

J'imaginais d'ailleurs qu'un destroyer était un navire bien plus grand que ça.

Le centre de Boston, vu de Charlestown
Boston, vue de l'autre côté de la rivière Charles

Au bout du quai des anciens chantiers navals, nous avons une très jolie vue de la rivière Charles et, sur la rive opposée, du centre financier et historique de Boston. Il fait vraiment un temps superbe.

La ville de Boston a été fondée sur une presqu'île à l'intérieur d'une grande rade naturelle abritée des féroces tempêtes de l'Atlantique nord. Cet emplacement fort judicieux a assuré sa sécurité militaire et son développement commercial. Aujourd'hui, Boston est une ville prospère, agréable à vivre, et riche d'une histoire qui s'étend du 17ème siècle à maintenant, des Pèlerins du Mayflower à Mark Zuckerberg, ancien élève de l'université Harvard.

Métro de Boston, ligne orange
Métro de Boston, ligne orange

Après la visite des chantiers navals, nous reprenons le métro à North Station. Encore un changement, et nous descendons à Aquarium, où nous allons retirer nos billets pour une sortie en bateau sur l'Atlantique.

Boston Harbor Cruises, New England Aquarium Whale Watch
New England Aquarium Whale Watch

Hier soir, j'ai réservé par Internet deux billets pour une croisière à la recherche de baleines. En effet, c'est la saison des migrations, et des groupes de cétacés s'établissent pour l'été dans quelques zones bien précises, au large du Cap Cod.

Nous avions deux choix : soit aller au Cap Cod en voiture, passer la journée sur la route et ne pas voir grand-chose d'autre, soit y aller en catamaran ultra-rapide et nous reposer sur le bateau, pendant que quelqu'un d'autre s'occupe du trajet. Nous avons astucieusement choisi la seconde solution, qui nous permet de passer bien plus de temps à visiter Boston, une ville magnifique que nous avons adorée.

Boston Harbor Cruises, catamaran ultra-rapide
Notre catamaran

Nous attendons brièvement l'embarquement sur le quai, le long de notre catamaran.

La croisière est censée durer trois heures. Dans la réalité, la recherche des baleines ayant pris un peu plus de temps que prévu, ce sera plutôt quatre. Peu importe, nous sommes en vacances.

Traversée de la rade de Boston
Traversée de la rade de Boston

Pour sortir du port, le catamaran limite sa vitesse mais, une fois suffisamment éloigné des autres navires, il accélère à fond, se soulève légèrement et dégage un large sillage. Boston s'éloigne rapidement derrière nous.

Nous passons tout près de l'aéroport où nous avions fait une brève escale il y a trois ans.

Catamaran ultra-rapide sur l'Atlantique
Catamaran ultra-rapide sur l'Atlantique

La mer est calme, et le trajet juqu'au large du Cap Cod va prendre à peine plus d'une heure.

Bien entendu, à une vitesse pareille, le vent est très frais, malgré la météo impeccable. Nous bénissons nos coupe-vent !

A la recherche de la première baleine
A la recherche de la première baleine

Une fois au large du Cap Cod, là où les baleines sont censées avoir migré pour l'été, le navire ralentit et s'arrête presque, à la recherche des cétacés. Les vigies scrutent attentivement la surface.

Cette recherche va prendre un petit peu de temps.

Première baleine
Première baleine !

Et c'est enfin la première baleine !

Oh, elle n'est pas énorme, cette baleine de Minke, mais elle est là, à quelques mètres de nous. Nous allons la suivre pendant quelques minutes.

Puis le catamaran reprend un peu de vitesse et la recherche continue.

Deuxième baleine, elle souffle !
Deuxième baleine ... Elle souffle !

Les vigies cherchent maintenant des baleines plus importantes. Pour les repérer, elles se guident sur les souffles, ces jets d'eau et de vapeur que les baleines rejettent lorsqu'elle émergent d'une plongée profonde. Là où il y a un souffle, il y a une baleine, exactement comme dans Moby Dick.

Et c'est à nouveau le succès. Une des vigies repère un souffle à quelque distance et guide le navire. Cette fois-ci, c'est une baleine franche, bien plus grosse que la baleine de Minke.

Troisième baleine
Troisième baleine

Un peu plus tard, nous verrons un troisième cétacé, encore une baleine franche de l'Atlantique nord. Elle est assez éloignée du navire et, malgré sa taille (c'est la seconde plus grande espèce de l'Atlantique nord), elle ne semble pas énorme.

En fait, nous avons été mentalement influencés, à notre insu, par ce que nous avons vu à la télé, les baleines à bosse du Saint-Laurent qui jouent à sauter hors de l'eau, avec les Zodiac qui tournent autour. Mais ces baleines-ci semblent d'une humeur nettement plus placide, et aucune ne va folâtrer autour de notre navire.

Le contrat est rempli, nous avons vu trois baleines, le catamaran prend la route du retour.

Petit phare dans la rade de Boston
Petit phare dans la rade de Boston

De retour dans la rade de Boston, nous regardons les îles. Certaines sont habitées. Ce petit phare, à l'entrée de la rade, ne manque pas de charme.

Old State House et son balcon, Boston
Old State House et son balcon

Après notre descente du catamaran, nous décidons d'aller faire un tour dans le vieux Boston, en prévision de demain. Le quartier historique n'est finalement pas énorme, et nous avons du temps devant nous.

Ce bâtiment de brique rouge, sur la photo, c'est l'Old State House. Nous y reviendrons demain.

Beacon Hill, Boston
Promenade à Beacon Hill

Après avoir traversé le centre historique et une partie du quartier financier de Boston, nous sommes maintenant sur la colline de Beacon Hill, un quartier calme et tranquille, très résidentiel, très cossu. Les maisons de briques, toutes historiques, sont très soigneusement entretenues.

Le quartier tire son nom d'un phare qui avait été installé là au 17ème siècle, sur le point le plus élevé de Boston. Evidemment, à force de remblayer la baie, le phare s'est trouvé trop éloigné de la côté et a été déplacé.

Louisbourg Square, Beacon Hill, Boston
Louisbourg Square, Beacon Hill, Boston

Beacon Hill est, à l'évidence, le quartier le plus prestigieux de Boston. Tout en haut de la colline se trouve le siège du Congrès du Massachusetts. Ce bâtiment est évidemment surveillé mais, à notre grand étonnement, on peut s'en approcher au plus près, comme de n'importe quelle autre grande maison bourgeoise du quartier.

Puis nous continuons notre promenade dans Beacon Hill, vers Louisbourg Square, une jolie petite place ombragée entre Pinckney Street et Mount Vernon Street.

Reprenons les vers de Baudelaire :

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

C'est une invitation au voyage.

Louisbourg Square, Beacon Hill, Boston
Louisbourg Square. Seuls les habitants de la place ont la clé du jardin

La particularité de Louisbourg Square, c'est ce jardin clos au milieu de la place. Seuls les riverains en détiennent la clé et sont autorisés à y entrer.

Ecureuil, parc de la rivière Charles, Boston
Habitant du parc le long de la rivière Charles, Boston

Après Louisbourg Square, nous continuons notre descente de Beacon Hill vers la rivière Charles, bordée d'un grand parc. De l'autre côté de la rivière, c'est Cambridge, siège du Massachusetts Institute of Technology, le célèbre M.I.T., et de la non moins prestigieuse université Harvard.

Longfellow Bridge, rivière Charles, Boston
Longfellow Bridge, rivière Charles, Boston

Notre promenade prend fin au Longfellow Bridge, que les locaux surnomment affectueusement le "Pont Sel-et-Poivre", en référence à ces quatre tourelles au centre.

Après avoir contourné le Massachusetts General Hospital, nous dînons à The Hill Tavern, un restaurant tout entier acquis à la cause des Red Sox, l'équipe de baseball locale. C'est soir de match, et la plupart des convives n'ont d'yeux (et d'oreilles !) que pour la télé.

Puis c'est le retour en métro et la navette de l'hôtel. La journée a été fort agréable. Nous avons finalement moins marché que ce que nous pensions, seulement 9 kilomètres.