Dimanche 29 août 2010 - San Francisco, Alcatraz

Pour l'essentiel, cette dernière journée à San Francisco est consacrée à la visite d'Alcatraz.

Nous quittons l'hôtel en taxi. Pendant la traversée du Financial District, le chauffeur, qui ne manque pas d'humour, attire mon attention sur une sculpture vaguement en forme de coeur au pied d'un gratte-ciel :

- Nous l'appelons le Coeur des Banquiers
- Pourquoi ?
- Parce qu'elle est faite de pierre !

J'apprécie la plaisanterie, évidemment !

A notre arrivée au Pier 33, nous voyons que même les petits oiseaux se sont adaptés : lorsqu'il fait très chaud (c'est le cas aujourd'hui), ils se rafraichissent les pattes dans les flaques laissées lors du nettoyage à grande eau des trottoirs.

San Francisco, moineau prenant un bain de pattes
Un moineau prend un bain de pattes

En attendant notre heure d'embarquement (tout est planifié à Alcatraz Cruises !), nous visitons la partie convertie en centre commercial de l'ancien port, entre les Piers 33 et 43, où, évidemment, le meilleur côtoie le Pier.

San Francisco, les lions de mer
Les lions de mer de San Francisco

C'est là qu'ont été regroupés, depuis quelques années, les célèbres lions de mers (non, ce ne sont pas des phoques !) de San Francisco.

Après avoir sacrifié au rituel de la photo souvenir, nous embarquons.

San Francisco, nageur dans la baie
Mais oui, on peut nager dans la Baie !

Il y a de tout à San Francisco, même des nageurs qui traversent une partie de la baie. Dans de l'eau à 16-17°, pas mal !

San Francisco, USS Jeremiah O'Brien
USS Jeremiah O'Brien, un des deux derniers Liberty Ships encore en état

Pendant que notre propre navire manoeuvre, nous regardons juste devant nous le Jeremiah O'Brien, l'un des deux derniers Liberty Ships encore en état de naviguer. Les Liberty Ships étaient ces cargos construits pendant la 2ème guerre mondiale pour ravitailler la Grande-Bretagne alors sous blocus nazi. Il y en a eu 2 710, rien que ça !

San Francisco, le pont du Golden Gate
Magnifique Golden Gate Bridge

Par rapport à la photo prise quasiment au même endroit il y a trois semaines, le temps s'est considérablement amélioré. Le Golden Gate Bridge se dégage bien sur le fond des collines et du Pacifique. Qu'est-ce qu'il est beau, dans sa toute simple élégance de forme !

San Francisco, le rocher d'Alcatraz
Le rocher d'Alcatraz

Nous sommes maintenant en vue du rocher d'Alcatraz, vu dans de nombreux films. Le batiment principal, tout en haut, a l'air en bon état, mais la vue est trompeuse. Et encore, depuis que le site est devenu un parc national en 1972, il est entretenu. Malgré tout, certains bâtiments annexes sont particulièrement délabrés, voire en ruine.

Alcatraz, les douches
Les douches

Dès notre arrivée, nous allons retirer nos audio-guides. Ces appareils très pratiques vont nous guider tout au long de notre visite, avec possibilité de revenir en arrière, de reprendre certaines parties, d'effectuer la visite à notre rythme.

La visite commence par les douches. Je ne me fais pas de souci pour Frank Morris, qui faisait 1m75, mais je me demande bien comment Al Capone, qui était de petite taille, faisait pour tirer la chaine !

Alcatraz, la cour de récréation
La cour de récréation

A Alcatraz, il y avait une cour de récréation, accollée au bâtiment principal et cernée d'un haut mur. Evidemment, la première sanction à l'encontre des détenus récalcitrants était de les priver de ce peu d'air libre.

Alcatraz, la bibliothèque
La bibliothèque

Il y avait aussi une bibliothèque. Lorsque le pénitencier fédéral a fermé en mars 1963, les livres ont été déménagés avec les détenus, et les rayonnages sont maintenant vides.

Alcatraz, la Galerie des Armes
La Galerie des Armes, d'où les gardiens ramenaient l'ordre en cas d'émeute

Nous passons sous la Galerie des Armes. C'est de ce passage, qui domine le rez-de-chaussée du bâtiment principal où se trouvent les cellules, que les gardiens ramenaient l'ordre, à balles réelles comme lors de l'émeute de 1946, qui a duré trois jours.

Alcatraz. Certains détenus peignaient
Pour s'occuper, certains détenus peignaient

Entre deux corvées, lorsqu'ils ne travaillaient pas et n'étaient pas punis, les détenus s'occupaient comme ils pouvaient. Certains peignaient.

Alcatraz. Certains détenus tricotaient
D'autres tricotaient

D'autres s'adonnaient au tricot. L'idée de cette activité, disons très calme, exécutée par des brutes sanguinaires qui avaient souvent tué, parfois dans des conditions atroces, a de quoi faire sourire, mais il faut bien occuper son temps, même à Alcatraz.

Alcatraz. Le parloir
Minuscule, le parloir !

A une extrémité du bâtiment principal se trouve le minuscule parloir. Les détenus l'utilisaient peu, soit parce qu'ils n'y tenaient pas plus que ça, soit parce que leur conduite leur en avait interdit l'usage.

Alcatraz était à son époque (1934-1963) l'établissement le plus restrictif de tout le système pénitenciaire fédéral. Peu de prisonniers y ont été affectés directement. La plupart ont été transférés d'autres prisons après des tentatives d'évasion ou lorsque leur conduite le justifiait. Contrairement à ce qu'on imagine, le pénitencier n'a jamais été plein.

San Francisco, vue d'Alcatraz
San Francisco, vue du haut du Rocher

Lors d'un passage à l'extérieur du bâtiment principal, nous prenons cette photo de San Francisco. Il fait vraiment un temps magnifique, de saison, et on voit bien les rues rectilignes se détacher nettement sur le fond des collines.

Alcatraz, bureau du gardien-chef
Bureau du gardien-chef

La visite continue par le bureau du gardien-chef. C'est de là que partaient les alertes en cas de tentative d'évasion. Sur le meuble du fond, on remarquera la radio, qui servait à prévenir la police du continent.

Alcatraz, cellule de Frank Morris, avec le trou
Cellule de Frank Morris. Il reste le trou par lequel il s'est évadé

Nous poursuivons par la cellule de Frank Morris. Avec deux autres détenus, Morris a tenté de s'évader au printemps 1962, et personne ne l'a jamais revu. A ce jour, on ne sait toujours pas s'il s'est noyé dans la baie (c'est probable, mais le corps n'a jamais été retrouvé) ou s'il a pu rejoindre le continent. C'est son histoire, a priori vraie, qui est racontée dans l'Evadé d'Alcatraz, avec Clint Eastwood.

Moins d'un an après son évasion, la pénitencier fermait.

Alcatraz, cellule ouverte à la visite
Certaines cellules sont ouvertes à la visite

Au rez-de-chaussée, certaines cellules sont ouvertes à la visite. Même si je sais que c'est pour trente secondes et que personne ne va s'amuser à refermer la grille sur moi, ça fait tout de même une drôle d'impression de se trouver de l'autre côté des barreaux, comme une sorte de frisson.

Alcatraz, la cuisine
La cuisine, où on recomptait les couteaux sans arrêt

Vers la fin de la visite, nous traversons la cuisine, où certains détenus travaillaient. Evidemment, les gardiens passaient leur temps à compter et recompter les couteaux et autres instruments tranchants, au cas où.

Nous verrons aussi la morgue d'Alcatraz, qui servait de temps à autre, puisque tous les détenus étaient condamnés à de très lourdes peines, souvent la perpétuité.

A l'extrémité de l'ile, près du château d'eau, un bâtiment annexe abritait les ateliers. Il est très dégradé et, en août 2010 au moment où j'écris ces lignes, ne se visite pas.

Ce qui se visite, par contre, ce sont les galeries à la base de la colline, qui servaient de dépôts de munitions à l'époque de l'occupation espagnole puis, plus tard, lorsque Alcatraz est devenu une prison militaire.

San Francisco, cable car à la manoeuvre
Cable car à la manoeuvre sur la plaque tournante

Après la visite, nous rejoignons le continent et nous promenons encore un moment le quartier de North Beach. Puis nous sacrifions au rituel du cable car, plus attraction touristique (une bonne demie-heure d'attente !) que véritable moyen de transport. Il n'en reste d'ailleurs que trois lignes.

A chaque extrémité de ligne se trouve une plaque tournante. Le machiniste débraye le véhicule, lui fait faire un demi-tour et repart dans l'autre sens. Simple et efficace !

Pour la dernière fois de ce voyage, nous regagnons notre hôtel. Demain très tôt, c'est le grand retour vers l'Europe.